Injures, diffamation, menace via internet : Les amoureux soldent leurs comptes à la barre


Né en 1982 et ingénieur en génie civil de profession, Kabe Guèye a comparu devant le juge statuant en matière de flagrants délits à Dakar.
 Le prévenu et la partie civile entretenaient une relation amoureuse depuis 2014. Mame Sabelle Diallo, gérante d’une boutique, a décidé un beau jour de mettre fin cette relation, ce qui n’a pas plu à son amant.
Sabelle qui est revenue à la barre sur les faits, a déclaré qu'après la rupture elle a commencé à recevoir des appels téléphoniques et des messages (140 au total) faits de propos injurieux, et menaçants. Ce n’est pas tout puisque son compte Facebook a aussi été piraté.
 « Il l’utilisait pour se faire passer pour moi, afin de discuter avec mes amis dans le seul but de salir mon image. A la date du 05 décembre 2016, il a créé un groupe WhatsApp dénommé « thiagatou » et se faisait passer pour moi en envoyant des messages aux membres de ma famille et amis.  Pis, il me faisait passer pour une prostituée», a témoigné Sabelle Diallo.
Interrogé à son tour, le mis en a cause a reconnu les délits, mettant tout sur le dos de troubles émotionnels, indiquant avoir agi tout simplement par jalousie.
 «Je n’étais pas au courant de la séparation dont elle parle, d’autant plus que nous étions ensemble le week-end jusqu'à 2 heures du matin. Nous nous sommes entretenus en appel vidéo. Effectivement j’ai envoyé les messages injurieux. Je précise qu’elle est ma copine, mais elle avait l’habitude de se prostituer , ce que j’ai découvert. Je lui avais suggéré d’arrêter cette pratique, mais elle a refusé en me disant qu’elle avait des besoins matériels.  J’avais même proposé de lui verser 20.000 mille FCFA par semaine. Mais contrairement à ses allégations, je n’ai jamais piraté son compte, j’ai créé un profil d’une supposée Dior Diallo en me faisant passer pour elle. Je reconnais avoir agi sous le coup d'une jalousie maladive car je me sentais trahi je ne supportais plus notre séparation », a-t-il consenti à dire.
Le ministère public a requis une peine de 1 an dont 6 mois ferme. Selon lui, les faits sont d’une extrême gravité.
L’avocat de la défense Me Sally Mamadou Thiam quant à lui, a souligné que le prévenu n’a jamais piraté le profil Facebook de la dame. Il a plaidé pour la relaxe pour le délit d’accès frauduleux aux données à caractères personnelles. 
« Il y a eu des échanges, il a fauté et regrette son geste et la partie civile a retiré sa plainte. Il demande au tribunal de lui faire une application bienveillante de la loi »
Le tribunal la finalement la déclaré coupable du délit d’injures publiques et usurpation d’identité et l’a condamné à 1 an dont 1 mois ferme et une amende de 500 mille FCFA.
Vendredi 26 Mai 2017
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :