Inauguration de la Centrale électrique de Taïba Ndiaye : Discours du Président Macky Sall


Messieurs les Ministres d’Etat ;

 

Mesdames, Messieurs les Ministres ;

 

Honorables Députés ;

 

Excellences Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs et représentants du corps diplomatique ;

 

Mesdames, Messieurs les représentants des institutions financières et des partenaires au développement ;

 

Monsieur le Gouverneur de la région de Thiès ;

 

Madame la Présidente du Conseil Départemental de Tivaouane ;

Monsieur le Préfet de Tivaouane ;

 

Monsieur le Maire de Taïba Ndiaye ;

 

Monsieur le Représentant de Tobène Power ;

 

Honorables Notabilités politiques, religieuses et coutumières ;

 

Monsieur le Directeur Général de Senelec ;

 

Mesdames, Messieurs ;

 

 

 

Les cérémonies marquant la mise en service d’infrastructures structurantes constituent toujours, pour moi, des moments de satisfaction et surtout de fierté car elles matérialisent ma vision prospective et représentent des étapes importantes sur le chemin de l’amélioration des conditions de vie de mes chers compatriotes.

C’est pourquoi, je suis très heureux de revenir, ici, à Taïba NDIAYE, après le lancement du Programme national de la Bourse de sécurité familiale, le 4 octobre 2013, pour procéder à l’inauguration de la centrale électrique de Taiba Ndiaye. 

Je voudrais tout d’abord remercier toutes les autorités et les populations pour la parfaite organisation de cet évènement, la mobilisation exceptionnelle et l’accueil chaleureux qui m’a été réservé. 

 

Cela traduit la grande importance que vous accordez à la réalisation de cette centrale ainsi que votre adhésion à mon ambition de placer notre pays sur les rampes de l’émergence, à travers notamment la mise à niveau du secteur énergétique.

 

Ainsi, la mise en service de cette centrale de Tobène Power, d’une capacité de 70 Méga Watt, pour un investissement de 80 milliards de FCFA, revêt une haute portée.

Cette série d’inauguration va se poursuivre ici à THIES et partout ailleurs dans le pays pour parachever les grands chantiers que j’ai initiés depuis 2012.

 

Mesdames, Messieurs 

Comme vous le savez, le Sénégal a subi ces dernières décennies, une crise énergétique profonde et persistante ayant quasiment anéanti ses  performances économiques.

Or, l’énergie est un moteur de  développement économique et social. Sa maitrise est un préalable pour la productivité économique et l’amélioration des conditions de vie des populations.

 

C’est la raison pour laquelle, j’ai engagé dès, mon accession à la magistrature suprême, une nouvelle politique énergétique fondée sur la production d’une énergie  de qualité, suffisante et à un coût compétitif. 

 

Dans ce cadre, il a été initié deux projets phares pour stabiliser  ce secteur, pilier du volet économique du Plan Sénégal Emergent (PSE).

 

 Je veux nommer :

 

le Plan de relance intégré de l’électricité qui vise le renforcement des capacités de production avec un mix énergétique varié et équilibré, la réhabilitation et le développement des réseaux de transport et de distribution et;

 le projet Service universel de l’énergie en vue de porter, le taux d’électrification rurale à 60% d’ici 2017 contre 24% en 2012 avec des disparités énormes entre les différents départements du pays.

Mesdames, Messieurs 

L’année 2016 constitue un tournant important dans notre engagement à trouver une solution définitive aux problèmes récurrents de l’électricité au Sénégal. 

 

En effet, des capacités additionnelles d’une puissance globale de 250 MW seront mises en service durant cette année avec les centrales de Taïba Ndiaye (105 MW), Cap des Biches (85 MW), Méouane (20 MW), Bokhole à Dagana (20 MW) et l’importation à partir de la Mauritanie (40 MW supplémentaires).

 

Il convient de souligner que pour  la première fois dans l’histoire du Sénégal  une puissance totale de 250 MW sera mise en service dans la même année. 

En 2017, autant de puissance sera également mise en service avec la centrale de Sendou, la centrale éolienne de Taïba Ndiaye ainsi que les centrales solaires de Malicounda et de Diass financées par la coopération allemande et une autre centrale d’une capacité de 200 MW dont l’appel d’offres est en cours. 

Globalement, d’ici 2020, une puissance supplémentaire d’environ 1 000 Méga Watt sera injectée dans le réseau électrique du Sénégal.

 

Mesdames, Messieurs 

Parallèlement, j’avais décidé que le financement des projets structurants de réseaux de transport soit pris en charge par l’Etat en vue d’accélérer ce que j’appellerai «la construction des autoroutes de l’électricité». 

Ceci va permettre d’accélérer l’interconnexion avec les pays voisins, le développement de l’électrification rurale, avec de nouveaux points d’injection pour les dorsales (lignes) en moyenne tension, et de favoriser le développement des zones minières de l’Est du pays.

 

A ce sujet, la mise en service, en 2014 de la boucle 90 kV de Dakar et en 2015 de la première phase de la boucle 225 kV pour un montant global de 51 milliards FCFA a, d’ores et déjà, permis d’améliorer la qualité de service tout en augmentant les capacités de desserte à Dakar et de sécuriser l’alimentation électrique de l’aéroport international Blaise Diagne, de la zone économique spéciale et du Centre International de Conférence Abdou Diouf. 

 

Dans ce sillage, d’autres projets d’envergure viendront compléter le dispositif de production et de distribution. Il s’agit :

du Projet d’Appui au Secteur de l’Electricité (PASE)  soutenu par la Banque Mondiale, d’un montant de 93,5 millions de dollars en vue de mettre à niveau les réseaux et d’améliorer ses performances commerciales ;

 des projets structurants du réseau de transport en 225 kV que sont Mbour-Fatick-Kaolack (25 milliards FCFA), Kaolack-Tambacounda-Sambangalou (103 milliards FCFA), Tambacounda-Kolda-Ziguinchor (74 milliards FCFA);

 

de la  ligne et Nouakchott-Tobène (54 milliards FCFA) pour anticiper sur l’interconnexion avec l’Afrique du Nord et l’Europe.  

Mesdames, Messieurs 

Ma vision déclinée dans le Plan Sénégal émergent (PSE) projette une croissance inclusive et durable à même d’assurer un développement équilibré des territoires afin de mieux lutter contre les inégalités sociales.

A cet effet, j’ai élevé l’électrification rurale au rang de priorité.

Le Programme national d’Electrification Rurale (PNER) pour un montant de 107 milliards FCFA permettra ainsi de raccorder 3 746 Villages supplémentaires à l'horizon 2017 contre 3 100 actuels à travers 5 253 km de lignes en moyenne tension et 7 028 km de lignes en basse tension à construire. Il est financé à hauteur de 74%.

Cet important programme, combiné aux efforts actuels de mise en œuvre des projets et programmes en cours conduira à terme au relèvement du nombre de ménages raccordés à l’électricité dans les zones rurales à hauteur de 471 457, soit près de 2,5 millions de personnes supplémentaires qui auront accès à l'électricité.

 

En outre, l’harmonisation de la grille et des tarifs de l’électricité entre les clients des concessions d’électrification rurale et ceux de SENELEC sera effective cette année. 

En d’autres termes, tous les sénégalais auront accès à l’électricité dans les mêmes conditions.

Ce pari est à notre porté, surtout avec  le mix énergétique qui accorde une place importante aux énergies propres et renouvelables avec une puissance globale de 465 MW représentant plus de 30% de la puissance installée. 

Ce  choix réaffirmé par le Sénégal lors de la COP 21 de décembre 2015 à Paris, pourrait nous garantir, d’ici 2020, des coûts de production compétitifs et le renouvellement du parc de production dont 60% de la puissance installée aura moins de 5 ans contre seulement 15% en 2012.

Les récentes découvertes de gaz vont, également, consolider davantage notre option de développement durable dans le cadre de la production de l’électricité. 

Ainsi, la mise en service des projets énergies renouvelables, le développement du parc de production se fera avec des unités fonctionnant au gaz tout en assurant un mix diversifié et équilibré.

 

Mesdames, Messieurs 

La mise en œuvre de tous ces projets ne saurait être possible sans une participation active du secteur privé qui a apporté 312 milliards FCFA sur les 544 milliards FCFA mobilisés pour les projets en cours de réalisation. 

Je voudrais donc saisir cette occasion solennelle pour adresser mes vifs remerciements, aux promoteurs du projet pour leur engagement. 

Cette réalisation constitue, en effet, leur deuxième centrale au Sénégal après celle de Kounoune. 

Ces promoteurs ont accepté de démarrer la construction de cette centrale avant la date d’entrée en vigueur du contrat. 

 

C’est le cas également pour la centrale de Cap des Biches que nous allons, INCHALLAH, inaugurer bientôt.

Mesdames, Messieurs,

Les projets de réseaux dont ceux de l’électrification rurale permettront d’assurer un maillage du territoire par des liaisons électriques de transport et de distribution de l’énergie électrique tout en favorisant son ouverture vers les pays voisins en tant qu’acteur du marché en devenir dans le Système Ouest Africain d’Echanges d’Energie (WAPP) . 

Ces réalisations préserveront les générations futures d’investissements dans des solutions d’urgence très onéreuses car elles trouveront sur place un parc de production gage d’une compétitivité durable. 

Je voudrais donc réitérer, ici à Taïba Ndiaye, ma détermination, à gagner, avec le concours de toutes les forces vives de la Nation, les batailles clés, comme celle de l’énergie, sur le chemin du vrai changement.  

 

Je vous remercie de votre aimable attention.







Lundi 14 Mars 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :