Imputation des députés de la diaspora : Abdoulaye Daouda Diallo défend la cause de l’augmentation des députés


Imputation des députés de la diaspora : Abdoulaye Daouda Diallo défend la cause de l’augmentation des députés
L’Assemblée nationale a adopté deux lois relatives au processus électoral. Un vote de plusieurs tours d'horloge de débat, dont l’augmentation du nombre de députés de 150 à 165 décidée en commission technique qui a été au centre de ces débats.
« Cette loi est une conséquence du processus en cours après l’adoption par voie référendaire de la nouvelle constitution. Il était prévu que les députés de la diaspora puissent avoir un certain nombre de députés et qu’ils puissent avoir un certain nombre de disposition à mettre en cours au niveau du code et par rapport à ces éléments nous avions pensé un nouveau code qui prenne en compte les décisions issues du référendum, a expliqué le ministre après la séance ».
Il s’est posé la question de l’imputation de ces députés mais pour le ministre, il ne pouvait être autrement que de travailler à augmenter les députés.
« Ce serait de la démagogie que d’accepter de travailler à réviser le quota attribué à la proportionnelle. Qu’une partie de l'opposition puisse travailler à amener ce quota à un niveau inférieur, c’est réduire les chances de l’opposition à parvenir à l’assemblée » a-t-il fait savoir.
«  Nous pensons qu’il faut préserver la pluralité de l’assemblée. L’autre élément c’est son impossibilité de l’imputer  à la majorité. A chaque fois qu’il y a eu de nouveaux départements, des députés ont été augmentés. De 2009 à 2012, on est passé à 150 députés, parce que des départements ont été créés à intérieur du pays et auxquels il fallait donner des députés »
. La Diaspora, disséminée dans les 5 continents, est répartie en 8 circonscriptions. Celles-ci seront appelées « départements de l’extérieur » et compteront chacune 1 à 3 députés. 
Lundi 2 Janvier 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :