Idy et TAS engagent les nouveaux Chantiers de Thiès : Questions autour d’un rapprochement contre le Macky


Son intelligence territoriale politique a permis à Macky Sall de combler son retard à Thiès, où le parti présidentiel n’était pas assez représentatif avant 2012, en l’espace de cinq ans. Ainsi, lors des législatives du 30 juillet passé, Benno Bokk Yakaar a gagné dans le département devant le Pds et Rewmi, qui symbolisaient la quasi bipolarisation du landerneau politique régional  depuis la présidentielle de 2007.

Il a fallu les voix cumulées de Khalifa Sall, de Malick Gackou et d’Hélène Tine…pour permettre à Idrissa Seck, lâché par Talla Sylla, de sauver son honneur dans la Ville de Thiès. On est loin de ce temps-là, quand Idy, porté en triomphe par une sorte de chauvinisme thiessois, raflait la mise à tous les rendez-vous électoraux. A l’époque, Abdoulaye Wade avait été obligé d’envoyer Abdou Fall en mission commando, des Hlm (Dakar) à Thiès, pour tenter de contenir les assauts réputés et répétés de l’alors très populaire maire de la Cité du rail, dont l’étoile brillait jusqu’à la cité voisine de Tivaouane.  

                        

En direction de la prochaine élection, le département, théâtre d’âpres duels dans l’histoire politique du Sénégal depuis la Grève des Cheminots en 1947 en passant par la présidentielle de 1988, risque de renouer avec la ferveur politicienne de l’épisode des Chantiers de Thiès.

Ce samedi, Idrissa Seck est venu, avec une très forte délégation, prêter main forte au ministre démissionnaire de l’Energie. Un fait aura retenu notre attention, aucun grand responsable du Parti démocratique sénégalais, parti locomotive de l’opposition, n’a assisté au lancement des activités du mouvement dénommé « République des valeurs ». Est-ce à dire que TAS et Idy ont déjà posé les jalons d’un cadre unitaire de l’opposition, qui n’intègre pas le Pds dans ses schémas, en perspective de 2019 ? Ou, pour donner  plus de relief à la question, Thierno Alassane et Idrissa Seck iront ensemble en coalition à la prochaine présidentielle ?

De toutes les façons, toute alliance stratégique entre l’ex-Premier ministre et l’ancien patron des cadres de l’Apr risque d’être fatal au candidat à sa propre réélection Macky Sall. Cela, d’autant plus que l’axe Dakar-Thiès-Touba est la zone de focalisation de l’opposition. A moins que l'inauguration de l'autoroute Ila Touba, qui va de Thiès à la cité religieuse, ne vienne reconfigurer le rapport des forces en faveur du pouvoir en place...

Qui plus est, le PUR, qu'on soupçonne d'être proche de Khalifa Sall à cause des prises de position de Serigne Moustapha Sy, est bien représenté à Thiès (région qui abrite la capitale de la Tijania au Sénégal).

En définitive, la donne TAS est un tremplin qui a du rebond pour permettre à l’ex-maire de Thiès de redorer le blason de Rewmi, face à un triumvirat composé de Augustin Tine, Abdou Mbow et Ciré Dia.
Samedi 28 Octobre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :