Idrissa Seck ou l’ultime combat d’un éternel opposant en quête de survie

« Soumettez-vous à toute institution humaine à cause du Seigneur : soit à l'empereur, comme souverain, soit au gouverneur, comme envoyé par lui pour châtier les malfaiteurs et louer les gens de bien. Car c'est la volonté de Dieu qu'en faisant le bien, vous fermiez la bouche à l'ignorance des sots. Agissez en hommes libres, et non en hommes qui font de la liberté un voile pour leur méchanceté, mais en esclave de Dieu. Honorez tout le monde, aimez la Fraternité, craignez Dieu, honorez l'empereur. » Première lettre de saint Pierre, 2, 13-17


Idrissa Seck ou l’ultime combat d’un éternel opposant en quête de survie
Idrissa Seck se croit-il en un  Saint pierre libérateur ?
On se rappelle de son fameux « ancien spermatozoïde et futur cadavre  » !
Idrissa Seck est –il devenu un cadavre politique !
Beaucoup de sénégalais se disent idy koumou yape !
Mais peut – on dialoguer avec des morts !
Non à la profanation de notre Dialogue National !
Idy a-t-il oublié que nous sommes « Un peuple, nous avons Un But et Nous sommes de Bonne Foi » et la mauvaise Foi n’a pas sa place dans ce Dialogue.
La présidentielle de 2012 a tenu la société en haleine, forcée du coup de retenir son souffle .IL était impossible de rater une seule miette de cette mauvaise ambiance politique, à moins de vivre dans sa chambre, les yeux et les oreilles fermés en permanence. La politique guettait nos moindres mouvements pour nous prendre d’assaut.
Le 25 mars 2012 marque la fin de l’hégémonie du Parti démocratique sénégalais. Une situation qui n’était que la suite d’un effondrement continu de ses suffrages à partir des locales de 2009. Parmi les raisons de la chute de l’ex- parti au pouvoir, on retiendra aussi la déliquescence des réseaux de soutien, l’affaiblissement du parti dominant du fait de scissions incessantes, l’échec économique et social, le mode de gestion clientéliste, gabégique  et l’action de l’opposition.
Le dialogue n’est pas une invention moderne. À travers l’histoire et dans la plupart des sociétés, le fait de rassembler des personnes pour les aider à surmonter leurs différences et à résoudre leurs problèmes a toujours été une mission prestigieuse, généralement confiée à des individus expérimentés, à des anciens ou à des personnes respectées pour la qualité de leur jugement et leur sagesse. Certains éléments de « méthodologie du dialogue » ont été et sont encore employés dans les sociétés traditionnelles et s’appuient sur des procédures et coutumes ancestrales (par exemple, les jirgas, les shuras et les conseils de village).
Leur validité est d’ailleurs reconnue dans les processus de justice de transition, de gestion des conflits et de réconciliation.
Le dialogue entre partis politiques est toutefois, et pour des raisons évidentes, un concept plus récent puisqu’il concerne des entités relativement nouvelles. Néanmoins, dans de nombreuses
Sociétés, le dialogue entre partis politiques est fondé sur des concepts de dialogue plus anciens, décrits plus haut.
Malgré l’existence de traditions similaires, il n’existe pas de définition précise de ce qui constitue un dialogue entre partis politiques. Dans son acception la plus large, ce terme recouvre tout dialogue se déroulant entre des partis politiques. Il s’effectue généralement dans le cadre d’espaces existants, parmi lesquels les parlements nationaux et locaux, les commissions parlementaires et les groupes parlementaires.
Ceci étant dit, des mécanismes de dialogue entre partis politiques peuvent également être mis spécialement en place afin de proposer aux partis politiques un espace protégé leur permettant de communiquer ouvertement, de résoudre les conflits, de poser les bases d’une coopération et de travailler ensemble sur des mesures de réforme politique et des problématiques électorales ou spécifiques aux Partis .
Cette interprétation du terme « mécanismes de dialogue entre partis politiques » suppose généralement une modalité plus formalisée et institutionnalisée de dialogue, souvent facilité ou appuyé par des intervenants impartiaux, extérieurs aux partis politiques.
D’autres termes ont une signification similaire à celui de « dialogue entre partis politiques » : « dialogue démocratique », « dialogue multi acteurs », « dialogue politique » ou encore « dialogue entre partis ». Les différents types de mécanisme de dialogue ont de nombreux points communs en matière de processus, de procédures, de structures ou de règles à suivre concernant des principes et valeurs tels que l’impartialité et le principe d’inclusivité.
Parallèlement, le dialogue entre partis politiques fait spécifiquement référence à un dialogue se déroulant avant tout entre des partis politiques, alors que les autres formes de dialogue peuvent concerner d’autres acteurs. La principale caractéristique qui différencie le dialogue entre partis politiques des autres formes de dialogue est donc le type de participants concernés. Cette différence a de nombreuses incidences sur la structure, le contenu et les retombées de ce type de dialogue. En fonction des organisations, le dialogue entre partis politiques pourra être identifié par des appellations différentes.
 
  • Oui pour un Dialogue National.
Le 28 mai 2016 marque un tournant dans l’histoire politique du Sénégal avec la consécration du dialogue National qui  signifie la cohésion de tous les acteurs politiques, comme civiles autour d’une même idéologie : la paix et le développement du Sénégal
Cet impératif  demande la mobilisation de toutes les forces patriotiques autour de cet objectif, une prise de conscience individuelle et collective sur le rôle et la responsabilité de chacun dans la marche de notre pays vers le progrès et le bien-être et la nécessaire mobilisation de tous  pour faire de cette seconde alternance une véritable alternative aux services de la transformation  sociale et économique.
Mamadou Lamine Guèye.
Jeune Responsable Politique APR Diourbel.
Chargé de communication de l’APR Diourbel.
 
 
Vendredi 10 Juin 2016
Dakar actu




1.Posté par diaz le 11/06/2016 11:09
je suis désolé tu n'as rien compris il faut comprendre et savoir décortiquer les messages. tu es un jeune politicien qui se veut se faire un nom. Faire un dialogue social en y adossant des choses douteuses c'est le fort de ton parti il faut vous préoccuper de l'éducation, de la santé, du chômage des jeunes et proposer des solutions alternatives crédibles que se s'attaquer à un opposant à tout de bout de champ. Votre du show du 28 mai au palais n'a rien de valeur que de vouloir de manière maquiavélique sortir Karim Wade de prison et se rapprocher du PDS pour le déstabiliser comme l'a si bien fait ton leader avec le PS, L'AFP et j'en passe pour ne citer que cela. Le Sénégal nous appartient tous en tant que patriote et au nom de la démocratie détrompe toi de cible et proposer aux sénégalais une vie meilleure; en commençant par baisser le coûts de denrées alimentaires.

2.Posté par seyé le 11/06/2016 18:28
C'est la peur de l'APR qui justifie tous ces articles sur l'homme mais nul ne peut l’empêcher de s'opposer, de dire ce qu'il pense pour pousser l'état à travailler.

3.Posté par Jo l'indien le 11/06/2016 18:41
Je suis désolé, je n'ai jamais une contribution aussi pauvre en contenu que celle-ci. Ainsi M. Guèye vous êtes chargé de la communication de l'APR à Louga. C'est sordide, dans le doute mieux vaut se taire. On a besoin de faits pas de suppositions. À bon entendeur salut.
P.S : je souhaite que ce commentaire soit publié [...]

4.Posté par djigo le 12/06/2016 00:10
désoler, vraiment nous ne pouvons pas vous comprendre pourquoi vous oublier si vite le president IDRISSA SECK défend toujours les interets nationnaux vous devez vous rappeler du troisième mandat de maitre abdoulaye wade ,du wakh wakhette du president macky sall le deroulement de l'Assemblée et cette protocole pour sortir karim bref mon cher tu ne merite pas de gerer la communication de l'APR a diourbel



Dans la même rubrique :