Idrissa Seck et Macky Sall : La guerre des Ex…


Idrissa Seck et Macky Sall : La guerre des Ex…
Idrissa Seck ressuscite les 7 milliards de Taïwan, Macky Sall saute de son fauteuil. C’est parti pour une autre campagne qui ne sera pas que celle de Wade contre les autres. Mais celle qui opposera ces deux ex-directeurs de campagne, Pm, numéro 2 et «fils d’emprunt». Dans la compétition de février 2012, plusieurs candidats vont s’affronter. Mais dans cette foule, il y en a deux qui retiendront l’attention : Idrissa Seck et Macky Sall. La sortie «argentée» du premier, mar­di dernier, dans l’émission Perspectives 2012 de Walf Quo­tidien et Tv demandant à son successeur à la Primature de faire la lumière sur les 7 milliards de Taïwan, suivie des tirs sporadiques des enseignants, des jeunes et des proches de Sall, donnent le coup d’envoi d’une guerre sans merci. Et l’un d’entre eux y laissera sûrement des plumes. Le leader de la Coalition Idi4President a choisi de jongler dans un stade très glissant d’ailleurs pour lui et sa cible : l’éthique politique. En rappelant au patron de l’Alliance pour la Répu­blique (Apr) son feuilleton avec les 7 milliards de Taïwan, Seck cherche subtilement à entacher le «mouchoir blanc» souvent brandi par le «républicain». La même couleur, cette fois-ci, d’une autre odeur avait valu à Macky Sall quelques heures d’audition par la Police centrale de Dakar, en 2009. Dans tous les cas, Idrissa Seck plonge dans une eau de roche pour parfumer, davantage, ce coin nauséeux du dossier des chantiers de Thiès et de celui des fonds politiques qui le poursuivent toujours.

C’est dire que cette attaque aussi frontale qui efface le «pardon» de Thiès, lors du meeting du M23 en octobre dernier n’est rien d’autre qu’un début d’une stratégie savamment murie par le «génie» communicateur du rewmiste en chef. C’est aussi la fin d’une fausse idylle fraternelle et imaginaire entre deux «fils» de Wade dont la «jonction des forces» devait parvenir à laver l’affront avec le «père». Lorsqu’arrive le moment de pren­dre son destin en main, la vérité éclate au grand jour. Le moment, ici, c’est cette élection présidentielle à grands enjeux dont l’issue ne peut être connue d’avance. Mais, au moins, le contexte et la recomposition politique dessinent l’espoir d’un «n’importe qui peut être Prési­dent», comme en 2012. Les «martyrs», Seck et Sall, ne cracheront pas sur une telle occasion. Tous les deux fondent leur sourire sur une éventuelle invalidation de la candidature du Président sortant, Ab­doulaye Wade. Ou encore un schéma, probable d’ailleurs, d’un ballotage entre le sortant et le second- qui pourrait être Idy ou Macky- au 2e tour, même avec une dispersion des voix. C’est là tout le sens de l’offensive et de la contre-offensive entre les deux anciens Premiers ministres.

A L’ASSAUT DE BENNOO
Cela peut paraître étonnant que Idrissa Seck s’attaque à Macky Sall à qui il avait «pardonné». Mais à y voir de plus près, ça ne l’est pas du tout. En évoquant l’âge de Wade lors de sa rencontre avec la presse étrangère, les «86 ans hors Tva» qu’il attribue à Tanor sont un message qu’il adresse à celui-ci comme pour dire : «On peut s’entendre si…» Dans les plans de Seck, Tanor et/ou Niasse ne peuvent en aucun cas être ses cibles. Macky Sall jouait à l’idéal de «non agression» presque tacite avec son prédécesseur à la Primature. C’est ce que suggère ce passage de la contribution de Diène Farba Sarr, membre du Directoire politique de l’Apr : «Au moment où tout le Sénégal positif est tendu vers l’expulsion de Wade du pouvoir, Idy devrait savoir que Macky n’est l’adversaire de personne dans l’opposition, encore moins dans Bennoo qu’il semble traiter avec tant de condescendan­ce.» Mais, il oublie que le véritable enjeu pour Idrissa Seck, c’est de jouer à fond la carte de l’éthique, thème de précampagne- en attendant la campagne- le mieux partagé que les candidats indépendants veulent s’approprier. D’autant plus que, même si le maire de Thiès a bénéficié d’un non-lieu dans l’affaire des Chantiers de Thiès, le seul fait qu’il ait fait la prison, renvoie à l’image d’un «coupable». La lo­gique est toute simple pour Idrissa Seck : «Si l’on veut me salir, je ne serai pas le seul.»

Dans ses schémas, il s’agit de maintenir son prestigieux rang de 2e force politique, après Wade en 2007. Le blocage de la candidature de «l’unité et du rassemblement» de Bss le conforte dans son analyse. A fortiori, si l’échec du 31 octobre se confirme par le scénario redouté des deux candidats. Macky Sall, quant à lui, joue la carte du silence et peaufine sa stratégie dans la plus grande discrétion. Et attend un clash officiel entre ses partenaires de Bennoo Siggil Senegaal dont il est membre. Tanor et Niasse risquent de se noyer dans le marigot des tractations éternelles au point que le leader de l’Apr se pose en maître-nageur. Par leurs échanges salés, Idy et Macky vont à l’assaut des éventuelles voix dispersées de Tanor et de Niasse. Pour ce contrôle, Macky Sall peut avoir plus de chance. Il peut faire valoir son appartenance à cette coalition et chanter son «je suis membre de Bennoo, Idy ne l’est pas». C’est pourquoi, le leader de Rewmi a tenté de sortir de son isolement en s’octroyant le «sponsoring» du mouvement inclusif du 23 juin 2011 rebaptisé M23 en octobre dernier chez lui, à Thiès. Et cela, en l’absence des leaders de l’opposition. Il s’agissait, pour le maire de Thiès, de rétablir une certaine confiance qu’il avait perdue et de rattraper une page de l’histoire politique du pays qu’il avait ratée. Contrairement à Macky Sall et aux autres qui en ont fait bon usage.

POUR L’HERITAGE DU PDS
Dans la bataille pour le saucissonnage du Parti démocratique sénégalais (Pds), les anciens numéros 2 de Wade espèrent, chacun, prendre sa part de l’héritage libéral. Les frustrations ne manqueront pas dans cette perspective. Ceux qui seront mal servis n’hésiteront pas à se refugier dans l’un ou l’autre camp. Comme c’est le cas pour des responsables libéraux qui n’ont pas digéré la composition de la Délégation générale des Forces alliées (Fal 2012), dont les taches sont majoritairement con­fiées aux alliés. Un ajournement éventuel de Wade par le jury du Conseil constitutionnel également pourrait décourager certains militants du Pds, au profit des deux anciens directeurs de campagne du Secrétaire général, Abdoulaye Wade. Le leader de l’Apr, considéré comme un «adversaire modéré» par ses ex-«frères», jouit d’une certaine sympathie, même si son discours tend vers une rupture «idéologique». Alors que le président de Rewmi, qui ne revendique plus son appartenance au Pds mais à la famille libérale, laisse un sentiment d’affection à ses «frères». Il pourrait arguer : «J’ai été exclu, mais Macky a démissionné.» Février les départagera.

( LE Quotidien )
Jeudi 17 Novembre 2011




1.Posté par FROUSS le 17/11/2011 14:49
VOUS ESSAYEZ DE COMPARER L'INCOMPARABLE


MACKY A DÉPASSÉ CE MEC DEPUIS LONGTEMPS, N'ESSAYEZ DONC PAS DE LE METTRE A NIVEAU.


MAIS T'INQUIÈTES LES GENS NE DIRONT PAS CE QU'ILS ONT SUR TOI DE SI TOT, PERSONNE NE TE SUIVRA.

NOUS APPORTERONS AU MOMENT VENU DES RÉPONSES ADÉQUATES A TES DÉRIVES;

2.Posté par diouffa le 17/11/2011 16:06
Il n'ya nulle dérives FROUSS,il n'est pas question que l'on fasse des compromis ou compromission sur le dos du peuple.Macky en affirmant avoir partagé les 7,5 milliards entre les ministres (ou ministères),parce que son propos n'est pas clair,a affirmé avoir agi en toute illégalité.L'Etat ne se gère pas comme une tontine,et encore!même une tontine organisée a des règles.Il ya un ministère des finances qui doit réceptionner et distiller l'argent entre différents organes de l'Etat.

3.Posté par Tah! le 17/11/2011 16:07
Hahahah Macky a dépassé Idy? Khana en ethnocentrisme lako dépasser? C'est vous qui osez parler mais Macky sall fermera tjrs sa bouche devant Idy. Lolou mom waurna population bi. Macky s'expliquera dé amoul Ay l'argent est utilisé par des ministres du Pds. Comme à son habitude Macky est un vrai lâche ndeysann. Il renvoie la balle aux ministres du Pds en précisant actuel ministre du Pds. LOL Macky nitt kou bakh dey avouer nak.

TOUT SUR LES 7,5 MILLIARDS DE TAIWAN Il est impèrieux d'aller au de là des propos du candidat Macky Sall et des accusations de son frère libèral Idrissa Seck.En effet,nous allons reconstituer avec exactitude le dèroulemt des faits. -Le 3 dècembre 2004,Maitre Abdoulaye wade a ècrit une lettre adressèe à son homologue Prèsident Shen Chiu Bian de Taiwan et chargè l'ami de la famille wade Pierre Aim de porter la lettre à qui de droit lors d'une mission du 14 au 17 dècembre 2004. -Le 22 mars 2005,suite favorable,Pierre Aim retourna à Taiwan pour rècuperer la somme de 15 millions de dollards (soit 7.5 milliards) Pierre Aim transfère la somme dans le compte de son fils Emmanuel ,logè aux Usa qui à son tour vire les 7 milliards dans un autre compte bancaire à Chypre,ce compte est ouvert de la Sociètè Fitem Entreprise Limited de Jerome Godard un autre ami de la famille wade ,Il est bon d'interpeller Macky Sall sur les responsabilitès des malheurs de l'ICS à cotè de Jerome Godart et Mamadou Ndiaye. La question est de savoir pourquoi les 7 milliards ne sont pas virès dans le tresor mais il faut attendre presque un an pourque Wade annonce en plein conseil de Ministres qu'il a reçu un don personnel de 14 millions de dollards de Taiwan dont un million de dollards a dèja disparu . Il faut lever l'èquivoque ,les 15 millions de dollards ètaient offerts au peuple sènègalais et non à wade pourqu'il fasse balader nos milliards de comptes en comptes et ses responsabilitès sont engagèes pour la disparition d'un million de dollards.

4.Posté par cheikh le 17/11/2011 16:45
Toute attaque est un pas en dehors de la nature. Alors pourquoi Idy attaque t il Macky? se sent il menacer ou quoi ? Macky est sur une trajectoire rectiligne. L'autre a choisi la tortuosité. Conséquence : il est seul sur le terrain, ses obligés ont du mal à le suivre. Le Sénégal de demain est est celui des vertus et les trafiquants d'idées auront un enterrement de première classe en 2012.

5.Posté par PAPA CEDRIC NDIAYE le 17/11/2011 17:35
MANIFESTEMENT IDRISSA SECK N APAS DE PROGRAMME C EST MACKY SALL SON PROGRAMME. DANS TOUTES SES RECENTES SORTIES IL CITE LE NOM DE MACKY SALL UNE DIZAINE DE FOIS A CHAQUE FOIS. LE NOM DE MACKY SALL EST COMME UNE OBSESSION POUR LUI .LE LEADER DE L APR FAVORI DES SONDAGES ET DES COEURS DE LA RAISON ET DE L ESPOIR DES SENEGALAIS EMPECHE IDRIISA SECK DE DORMIR DEPUIS LE 23 JUIN.IDY DOIT DIRE OU ILA MIS MIS LES 40 MILLIARDS DES THIESSOIS ET DES SENEGALAIS AU LIEU DE PASSER SON TEMPS A PARLER DE MACKY SALL QUI NE VA JAMAIS LUI REPONDRE

6.Posté par La tontine de Macky! le 17/11/2011 17:46
Cheikh Yérim de par ton professionalisme qu'on te reconnait tu dois enqueter sur cette tontine ministerielle de Macky Sall.Depuis quand fait-on une tontine de l'argent appartenant au peuple senegalais en dehors des voies budgétaires?
Et puis Macky qui louait un appart à 50000f est devenu subitement milliadaire par quel truchement?

7.Posté par daddybrun le 17/11/2011 17:51
Idrissa seck na que le nom de macky sall comme programme parce qu en verité il na rien a proposer au peuple senegalais. Comme il a ete epinglé par linspection generale dEtat dans le cadre des chentiers de Thies et pour avoir lui fait un aveu de taille car ayant reconnu avoir vole et profite des fonds politiques, il veut ramener le leader de lAPR macky connu pour son integrité et ses valeures cardinales au meme niveau que lui: je suis mouillé, mais je veux emporter macky. idu cest le mutisme linconstance et la tortuosite alors que macky cest la vertu la probite et la morale. Idy cest le mutisme et labsence, macky lengagement la conviction et il a deja fait le tour du pays et de sa diaspora. Le chien aboie la caravane passe. MACKY PRESIDENT



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016