DAKARACTU.COM

Idrissa Seck : La vraie histoire d’un homme politique longtemps incompris


Idrissa Seck : La vraie histoire d’un homme politique longtemps incompris
D’autres comme Thomas Sankara, Patrice Lumumba ou encore Mamadou DIA ont été incompris et combattus. Ils ont été Isolés politiquement ou tués puisqu’ils avaient décidé de servir les masses et non un clan. Ils avaient en commun l’amour de leur patrie basée sur des ressources
africaines et sur un désir de briser les chaînes de la domination coloniale. Leur volonté inébranlable de servir humblement les populaces s’adossait sur l’éthique. A l’image de ces valeureux fils d’Afrique, Idrissa Seck a été aussi traqué et embastillé par un système politique pour avoir simplement commis le pêché de s’adosser sur des valeurs religieuses et morales afin de mener, dans la constance, son action politique.

Quand on évoque l’histoire, des exemples ne manquent pas pour démontrer cette voie que Mara s’était tracée avant et surtout après l’accession du PDS au pouvoir en 2000. Il n’est jamais tombé dans l’ivresse du pouvoir. Il est resté fidèle à sa posture de départ et encré dans la défense du bien commun. Quand par exemple l’autre lui avait rappelé le code des Grands Bandits qui ne se « manifestent qu’au moment du partage du butin », lui préférait lui rappeler les paroles divines sur le partage du butin qui devrait revenir « aux nécessiteux, aux voyageurs en détresse, aux orphelins, … », bref aux masses défavorisées. « Encore tes versets » lui avait-il lancé, « toujours mes versets » lui avait répondu Idy. Le fossé s’était très tôt  creusé et il fallait alors l’anéantir politiquement. Il gênait. La machine à embastiller et à calomnier a alors été lancée, l’argument de
l’enrichissement illicite utilisé, des fouilles jusque dans des fosses sceptiques qui n’ont rien pu démontrer, organisées. Des jeux vidéo brandis comme des preuves.

De ces agressions « physiques, politiques, personnelles et judiciaires », Idrissa Seck n’en est certainement pas sorti indemne. Il a dû résister face à l’offensive. Il a dû s’entourer de toutes les garanties pour se battre dignement. Il a été alors peint comme un homme qui ne s’intéressait pas aux vécus de ses compatriotes, hautin, pressé, inaccessible et intéressé que par la station présidentielle. Que de faux préjugés pour un homme qui très tôt s’est engagé dans la défense des intérêts collectifs et dans l’éclosion des talents individuels. « Les lignes de connexion entre lui et ses compatriotes » ont été ainsi brisées par cette tentative d’isolement réussie en partie. Mais « Allah a rendu vaines leurs manœuvres. Allah a rendu vaines leurs ruses » et la vérité, loin des fausses certitudes, s’entrevoit de jour en jour.

Pour cause, cet homme politique décrit comme une personne qui se suffit à lui-même, n’a jamais varié dans ses positions. Il s’est battu pendant plus de trente années à côté d’un homme et pour des valeurs. Et quand son ancienne formation politique a commencé à dévier de son idéal de changement, il n’a pas hésité à se lever et à leur dire la vérité. Il n’a pas hésité à se démarquer même au risque d’anéantir ses ambitions politiques et de se mettre à dos un puissant système. Il a toujours choisi d’être loyal d’abord vis-à-vis de lui-même, et ensuite par rapport aux valeurs qu’on lui a inculquées depuis son enfance. Pour lui « la loyauté n’est pas synonyme de génuflexion ». La vérité est toujours à dire.
Ce fut le cas quand, utilisant un métaphore, il avait fait comprendre à Karim Wade fils d’Adoulaye Wade qu’il ne devait en aucun cas se prévaloir des prérogatives de son père pour prétendre nourrir des ambitions politiques au risque de se mettre sur le banc des accusés et de se retrouver pendu. Le père rapportant cette discussion à un de leurs amis communs déclara que «  Mara avait parlé à Karim en grand frère ». Il en serait aujourd’hui autrement si le Pére et le fils l’avaient écouté.
Ce fut aussi le cas quand on a voulu qu’il défende des projets chimériques alors qu’il a toujours refusé de « défendre l’indéfendable ». On se souvient encore de ce coup de fil en pleine déclaration de politique générale lui intiment l’ordre de parler des « éléphants blancs du Président ». Ce qu’il avait catégoriquement refusé. Ce fut le cas lorsque, la machine de la dévolution monarchique du pouvoir, soubassement de ses problèmes politiques qui lui a valu six mois de détention arbitraire, a été lancée et qu’il s’y était opposée et qu’on lui prêtait de vouloir organiser un « coup d’état assis, rampant et puis debout ». Ce fut encore le cas, alors qu’il était seul au comité directeur du PDS, et qu’il s’était opposé, avec des arguments solides, à la troisième candidature de trop et anticonstitutionnelle de Abdoulaye Wade. Seul devant tous, il avait fait entendre une voix discordante qui ne disait rien d’autre que la vérité que les autres ne méprenaient pas mais qu’ils ne voulaient pas entendre.
Pour tous ces combats politiques, il a été d’abord décrié, rabroué, dénigré avant d’y être rejoint par d’autres franges de la classe politique sénégalaise qui ont tenté elles aussi de le mettre à l’écart. « Condamner le blâmable et approuver le convenable » a toujours été son credo et continuera certainement de guider ses actions politiques.

S’il faut encore le rappeler, Idrissa Seck est un homme politique aguerri. Aux côtés de Abdoulaye pendant plus de trois décennies, avoir été son Directeur de Campagne en 1998 et en 2000, il connaît bien les rouages de la politique sénégalaise et ne peut ni se prendre pour un Président avant l’heure ni méconnaître ses obligations entant que leader politique. Toute nouvelle situation appelle nécessairement une nouvelle conscience. C’est ce qu’il voulait faire comprendre aux uns et aux autres lors de sa déclaration du dernier jour de la campagne présidentielle du Février 2012 en affirmant qu’il était de loin mieux outillé que les autres candidats en liste pour battre campagne jusque dans les fins fonds du Sénégal, mais qu’il avait préféré rester à la place de l’indépendance pour continuer la bataille de principe qu’il avait commencée avant tout le monde et bien avant le 23 Juin 2011.

« Guddi bo guiss beutieuk laay waadjal ».

Aujourd’hui, il décide d’aller rencontrer ses compatriotes et leur parler afin de rétablir la vérité. Il y a eu beaucoup d’incompréhension, beaucoup de fausses interprétations, mais point de maladresses comme veulent le faire croire ou le croient certains. L’homme était la cible d’un régime de hors la loi et il lui fallait déployer toute une stratégie pour continuer à exister politiquement tout en se gardant de faire dans les compromis ou compromissions. Ce que nous devrons retenir est que son idéal politique s’adosse sur la morale et la religion au service exclusif des intérêts communs. Pour cela, il sera toujours combattu, mais nous espérons qu’il restera toujours DEBOUT, aidé en cela par d’autres citoyens épris de justice et de vérité, puisque nulle ne doute que le Sénégal a besoin de lui et lui du Sénégal pour un Etat républicain fort, libéré des comploteurs et respecté dans le monde.

Haby Sirah DIA
Dakaractu2




Lundi 25 Mars 2013
Notez


1.Posté par PFFFFFFFFFF le 25/03/2013 15:23
ARTICLE MENSONGER. IDY EST UN VRAI MANIPULATEUR . NOUS ON LE CONNAIS.

2.Posté par le citoyuen le 25/03/2013 16:00
foutaise!!!!

3.Posté par le citoyuen le 25/03/2013 16:01
foutaise!!

4.Posté par Z BEST le 25/03/2013 16:04
Merci Haby!

5.Posté par KILIFA le 25/03/2013 16:07
Que ce minable président dégage, est la priorité.

6.Posté par LEBELLIQUEUX le 25/03/2013 17:06
TROP BEAU POUR ÊTRE VRAI..... Le timing est bien calculé et l'effet de buz savamment concocté mais que Mara se détrompe ce n’est pas en nous faisant croire qu'il fallait qu'il joue à la ruse politique pour exister face à un régime hors la loi qu'il nous convaincra et nous fera oublier qu'il a été le premier à se servir. DOULE IDY

7.Posté par kalz le 25/03/2013 17:08
idy est un vaurien .traitre menteur

8.Posté par Bessel le 25/03/2013 17:12
Mais et le protocole de Rebeuss?
Et les jeux de va-et viens?
Et les fonds politiques qu'il a utilisés a des fins personnelles?
Bon...ça n'a jamais existé.

9.Posté par soum le 25/03/2013 17:18
courage! salutaire. libéralement votre

10.Posté par Sagesse le 25/03/2013 17:40
Si monsieur SECK a ses qualités,à partir d'aujourd'hui je serai millitant pour son accession au pouvoir.
Je suis jeune étudiant sénégalais dans une grande école d'ingénieur Francaise.
Mon charisme m'a toujours permi neutralisé tous jugement parasite à ma démarche et mes copains d'écoles et amis d'enfance m'on tjours attendu dans le champs plolitique.
Aujourd'hui je pense que ce charisme doit servir à l'appel et la concrétisation d'une nation sénégalaise forte et puissante.

11.Posté par Obsevateur le 25/03/2013 18:53
très très pertinent;

12.Posté par Sy le 25/03/2013 19:28
À thies y'a pas que sanekh comme comédien il faut que les politiciens arrêtent de nous prendre des imbéciles je parle de tous.tu as eu de l'argent et des sociétés avant 2000 pour quoi ses t'es amis qui achètent des cadeaux pour tes enfants.tu sous entend que wade ta brisé au point tu ne peux même pas acheteé une baguette.du respect s'il vous plaît.je connais bien ta maison compiegne ainsi que ton hôtel préféré à Paris.c choquant de voir les politiciens sénégalais de bord que se soit prennent les sénégalais comme des imbéciles

13.Posté par Moussa le 25/03/2013 19:42
Merci haby pour cette belle contribution. Merci beaucoup

14.Posté par @Sy le 25/03/2013 20:22
tu es subjectif. peut être envoyé par un sbire, mais la vérité rien que la vérité voilà ce que haby a dit. Tu es un homme du clan, nous non. nous nous battobs pour l'interet général.

15.Posté par Mousssssssss le 26/03/2013 00:32
tu as raison Haby

16.Posté par travaillons le 26/03/2013 10:17
j'ai toujours était une de tes fans et jusqu’à" à présent j'ai beaucoup de sympathie pour toi. j'ai votée pour toi en 2007 bien qu’étant apolitique mais pas en 2012 où j'ai voté pour le président makhy sall car c’est vrai qu'il y'a de moments où on ne t'a plus compris. soit constant dans ta demarche et tes actes et tu regagneras le cœur de beaucoup de sénégalais car nous savons que tu aime ce pays .les actes que tu as posé au lendemain de l'alternance de 2000 le prouve car tu as copté beaucoup de cadres pour l'atteinte des objectifs. que dieu t'accorde une longue vie et une santé de fer

17.Posté par pape le 26/03/2013 12:38
ouffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff,il n est pas du tt comparable a ces si grands messieurs ne nous trompez pas!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

18.Posté par amen le 27/03/2013 15:23
MON CHER IDY C UN COMPATRIOTE QUI TE DEMANDE SINCEREMENT ET SOLENNELEMENT DE LAISSER TOMBER LA POLITIQUE.JE L'AI VU SUR TON VISAGE.DEMANDE DE LA REPENTANCE ET VA ET MENE UNE VIE DE SOUFI.BILAHI C MIEUX POUR TOI....................

19.Posté par Mama Bouki le 11/04/2013 19:36
Mamadou DIA n'a jamais planque des FONDS POLITIQUES et de retour de mission il rendait les frais de mission qu'ils n'avaient pas dépensé et demandat aux membres de sa delegation d'en faire autant ( Yalah Ak Yali)



Dans la même rubrique :