Identifié par les assaillants du Bataclan : Samy Amimour a eu son premier contact avec les armes au Sénégal

C’est au Sénégal que Samy Amimour, l’un des assaillants du Bataclan tués lors de l’assaut de la Brigade de recherche et d’intervention (Bri) a eu son premier contact avec les armes. A l’époque, il n’avait que quatorze ans.


Identifié par les assaillants du Bataclan : Samy Amimour a eu son premier contact avec les armes au Sénégal
Son nom est sorti de l’anonymat depuis le 13 novembre dernier, lorsqu’une série d’attentats, dont le plus meurtrier qui s’est déroulé au Bataclan où se tenait un concert, a frappé la France. En effet, Samy Amimour et deux de ses complices avaient pénétré dans la salle où se trouvaient 1500 personnes avant de tirer sur tout ce qui bouge. Ils auront le temps de tuer quatre-vingt-sept (87) personnes avant un assaut de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI).
Qui est réellement Samy Amimour qui a déclenché sa ceinture explosive au moment de l’assaut policier ?
Aussi incroyable que cela puisse paraître, ce dernier qui s’est radicalisé après un séjour en Syrie, a séjourné au Sénégal. Et, c’est même dans notre pays qu’il a eu son premier contact avec les armes. Sauf qu’à l’époque, il n’avait que...14 ans. C’est l’intéressé lui-même qui en fait la révélation. En 2012, il avait été interpellé en même temps que deux des amis alors qu’ils avaient le projet de se rendre au Yémen pour mener le jihad.
Entendu par la défunte Direction centrale du renseignement intérieur, Samy Amimour est revenu sur son «amour» pour les armes. Comme le révèlent les procès-verbaux que vient de publier Le Monde, il affirme : «Depuis tout petit, je fais des jeux vidéo et, à 14 ans, j'ai eu ma première carabine en main au Sénégal avec mon oncle pour tirer les alouettes.»
A la suite de son interpellation, Samy Amimour sera mis en examen et interdit de sortie du territoire français. Mais, par on ne sait quelle alchimie encore, il trouvera le moyen de se rendre en Syrie en 2013. La suite on la connaît...
Mercredi 2 Décembre 2015
Dakaractu




1.Posté par Modou le 04/12/2015 05:28
Mais si dans sa jeunesse le type a eu, en visite au Sénégal, à aller en compagnie de son oncle tirer les moineaux, les alouettes ou les hirondelles on s'en fout nous. Toutes les occasions sont maintenant bonnes pour mêler le nom de notre pays au terrorisme. Danger! Un vaste complot est en gestation. Au secours Poutine!



Dans la même rubrique :