Ibrahimovic va rester au PSG : ce que ça change… ou pas

Zlatan Ibrahimovic va finalement rester au PSG. Pour Edinson Cavani, Laurent Blanc et le mercato parisien, ce n'est pas anodin. Voici pourquoi.


Ibrahimovic va rester au PSG : ce que ça change… ou pas
En Europe, l'issue du voyage de Zlatan Ibrahimovic au Qatar ne fait pas de doute. Ibra est parti pour poursuivre l'aventure au PSG et honorer sa dernière année de contrat. Le Suédois ne se serait cependant pas rendu dans l'émirat juste pour faire le point sur sa situation. Le quotidien Le Parisien évoque une demande de l'attaquant pour revoir les conditions financières de la dernière année de son bail avec le champion de France. Son contrat comprend en effet une baisse de salaire estimée à 20% pour la saison 2015/2016. Nasser Al-Khelaïfi, le président parisien, n'aurait pas dit non. Dans tous les cas, le fait qu’il reste  est loin d'être anecdotique.

Pour Cavani, ça fait une différence

Edinson Cavani était peut-être l'un des acteurs les plus attentifs de ce voyage d'Ibrahimovic au Qatar. L'attaquant uruguayen souhaite être aligné plus fréquemment en position d'avant-centre, notamment lors des rendez-vous clefs. Et un départ d'Ibra lui aurait offert le poste dont il rêve. Avec la confirmation que le Suédois va aller au bout de son contrat, il ne va pas sauter au plafond même si sa relation avec l'ancien Milanais s'est nettement améliorée cette saison tant sur le terrain qu'en dehors.

Auteur d'une belle saison sur le plan statistique (18 buts en L1, 6 en C1, buts dans les coupes nationales), l'Uruguayen ne manque pas de prétendants. Conscient que les attaquants de ce calibre ne courent pas les rues et qu'il est limité par le fair-play financier, le PSG n’est pas disposé à le lâcher. Pour calmer ses envies d’ailleurs et le persuader de vivre encore une saison dans l’ombre du géant suédois, ce qui rime avec exil sur un côté, le champion de France devra peut-être mettre la main à la poche en lui proposant une revalorisation salariale, annonce L’Equipe.

Pour le mercato, ça ne change pas tout : Paris va continuer de s'activer pour son attaque

Depuis plusieurs mois, des noms circulent au PSG pour apporter un plus sur le front de l'attaque parisienne. De Carlos Tevez à Pierre-Emerick Aubameyang en passant par Alexandre Lacazette, de beaux CV sont évoqués à Paris. Le fait qu'Ibra reste ne change pas grand-chose. Paris cherche un joueur capable de jouer aussi sur l'aile et de compenser un éventuel départ de l'inconstant Ezequiel Lavezzi. Le staff parisien va continuer sa quête pour trouver la meilleure option malgré les contraintes du fair-play financier.

Pour le fair-play financier, ça n'aide pas Paris

Le départ de Zlatan Ibrahimovic n'aurait pas permis à Paris de faire une belle opération financière pour avoir une enveloppe plus importante sur le marché cet été. Mais un départ d'Ibra aurait grandement soulagé sa masse salariale. Qu’importe, l’issue de ce voyage au Qatar pourrait tout de même changer quelques données.

S'il obtient une revalorisation de sa dernière année de contrat et si Paris doit faire un effort financier pour persuader un Cavani lassé de jouer sur un côté de rester, le PSG va encore avoir un casse-tête à résoudre. Les sanctions du fair-play financier l'obligent à conserver sa masse salariale dans les mêmes eaux. Or, ces revalorisations associées à celles de Pastore ou encore Lucas vont encore limiter sa marge de manœuvre pour attirer un grand nom tant que l’UEFA ne le lâche pas et n’allège pas ses sanctions.

Pour Blanc, ça peut se transformer en casse-tête

Depuis son arrivée, Zlatan Ibrahimovic incarne le projet du PSG. C'est sa figure de proue. Son image dans le monde. Sportivement, il reste aussi un cadre incontournable. Ses statistiques (30 buts en 37 matches toutes compétitions confondues) cette saison attestent de son importance. Elles sont cependant un peu trompeuses. Lors du dernier exercice - certes tronqué par les blessures et sa suspension -, il n'a pas été aussi déterminant que lors de ses premières années à Paris. Le PSG a su exister sans lui.

A bientôt 34 ans, le déclin guette forcément Ibra. Or s'il se montre moins dominant et crucial la saison prochaine, le Suédois n'acceptera sûrement pas de laisser sa place sous le feux des projecteurs. Cela peut être un souci pour Laurent Blanc, l’entraîneur parisien. Mais Ibra a prouvé cette saison qu'il restait un attaquant de classe mondiale.
Jeudi 18 Juin 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :