Ibrahima Sene: Réponse aux interpellations de Mohamed Ly d'IPODE


Ibrahima Sene: Réponse aux interpellations de Mohamed Ly d'IPODE
Mohamed LY, je crois que ta réaction est très excessive, au point que tu n’as pas pu mesurer sa portée. En effet, la CNRI pouvait publier son projet de réforme immédiatement après avoir remis un exemplaire au Chef de l’Etat qui l’avait commandité. Les adversaires de la réforme se seraient mobilisés pour dénoncer cette démarche non républicaine, et même accuser le Président MBOW d’une tentative de pression sur lui. Heureusement qu’il a eu l’élégance républicaine qui consiste à laisser au Chef de l’Etat le soin de le mettre à la disposition du public.
C’est en fait ce qu’attendait le peuple de la part du Chef de l’Etat. Mais, au lieu de cela, il l’a transmis aux cadres de son parti qui sont immédiatement partis en campagne pour en récuser des points. C’est cette attitude bassement politicienne et déloyale vis-à-vis de ses alliés et du peuple, que j’ai dénoncée. Mbow et sa Commission ont fait preuve, avec leur démarche, d’une loyauté totale vis-à-vis du Chef de l’Etat, en décidant de ne faire aucune fuite de leur document pouvant dénaturer le respect qu’ils vouent aux Institutions de notre pays. Un peu plus de sérénité t’aurait donc fait éviter une telle appréciation négative sur leur attitude.
Ensuite, tu soutiens que « Le Président peut enrichir le texte, le rendre plus audacieux, ou ouvrir de nouveaux droits pour les citoyens ou autre.... JE récuse l'idée de dire, qu'il ne sera démocrate et républicain que s'il l'adopte tel quel sans en changer une virgule.... JE pense qu' on a pas la même conception du rôle d'une commission dans une démocratie. Ce n'est ni plus, ni moins une consultation ! » Ainsi, tu te mets à la place du Chef de l’Etat pour décider que la commission qu’il a créée c’était pour une « consultation », alors que lui même, dans son décret portant création de cette commission et dans la lettre qu’il a adressée à MBow, il parle « d’organiser une large concertation … ». Il y a une différence de taille entre « consultation » et « concertation ».
Le premier c’est pour entendre un autre son de cloche avant de prendre une décision, alors que le second, c’est pour trouver un consensus à partir de compromis obtenus entre diverses opinions. C’est pourquoi, on n’enrichit pas un compromis en dehors d’une nouvelle concertation. Avec un compromis, il n’ ya que deux options : on l’accepte ou, en dehors d’une nouvelle concertation, on le rejette. Le Chef de l’Etat lui-même, a participé à l’élaboration de ce compromis, non seulement en rencontrant le Président MBOW sur les questionnaires qui ont servi à la concertation, mais, fondamentalement par écrit. Son parti de même, en se mobilisant lors des concertations au niveau des Départements. Alors, comment après, se désengager sous prétexte qu’il y a des points sur lesquels on n’est pas d’accord ? C’est ce que Diouf avait compris en 1992, et que tu peines à accepter. Quel intérêt politique a le Président Macky Sall à se démarquer d’un tel compromis ? Mais, ce qui est surtout surprenant, c’est quand tu assimiles la proposition de recourir au référendum pour adopter la constitution comme du « totalitarisme » !
Depuis quand, la recherche d’une plus grande légitimité qui est le référendum, à la place de l’Assemblée nationale, est considérée comme du « totalitarisme » ? Au contraire, c’est user de sa « majorité mécanique à l’Assemblée nationale » pour faire adopter une constitution qui est, jusque là, considéré comme « totalitaire » ! C’est donc, juste se payer de mots que de vouloir faire croire le contraire ! Ce qui est surtout regrettable, ce sont tes insinuations sur BSS à propos du SENAT. C’est du véritable procès d’intention dans la mesure où tu n’es pas sans savoir, que pour BSS, la suppression du SENAT rentrait dans le cadre de la réforme de la Constitution, et qu’il faisait tout pour cela. Il est donc évident, qu’en attendant cette réforme, le SENAT continuait d’exister, et son renouvèlement était à l’ordre du jour du calendrier républicain. Ainsi , la question se posait s’il faillait proroger le mandat du SENAT hérité de WADE, ou le renouveler en attendant la réforme de la Constitution.
L’option fut donc prise de le renouveler. C’est qui explique la préparation des listes de BSS à ces élections. Donc, si je comprends bien, ou bien BSS devait se battre pour faire proroger le mandat des Sénateurs de Wade, ou bien boycotter son renouvèlement ! Ce serait, dans l’un ou dans l’autre cas, une absurdité politique inqualifiable. Ainsi, voir dans les préparatifs de BSS en vue des Sénatoriales, une contradiction avec son option de suppression du SENAT, et surtout un « manque d’exigence envers soi », relève d’une pure fantaisie.
Les faits prouvent que quand , par la suite, avec l’hivernage, la reprise des inondations ne permettaient pas de tenir de telles élections, c’est BSS, à travers Bathily et Dansokho qui sont montés au créneau pour convaincre le Chef de l’Etat de supprimer le SENAT par voie législative. Ce qui fut fait. Enfin, quand tu dis « L'essentiel pour nous c'est que la quasi totalité du rapport soit pris en compte, que des points sur lesquels la CNRI a fait l'impasse ou qu'il n'aurait pas prévu soit pris en compte par le PR… » , je me pose la question pourquoi cet intérêt tardif de ta part ? Pourquoi n’as-tu participé aux consultations nationales ? Pourtant tous les sénégalais, y compris de la diaspora, y étaient conviés. Ou bien, as- tu versé comme contribution les recommandations du Forum que tu avais organisé avec Ismaïla Madior Fall ? Ou bien, était - ce une tentative d’offrir à Macky , une alternative à la CNRI ? Ou encore, cherches -tu à ce que Macky utilise les contributions de ton Forum pour « améliorer » le projet de la CNRI ? N’est pas pour cela, que tu t’acharnes contre la CNRI et mes propos dans l’espoir que Macky se démarque du consensus ? Eh bien, je te souhaite bonne chance ! Encore une fois, le projet de la CNRI n’est pas le Coran, la Bible ou la Thora.
C’est un large consensus national qui vise à consolider notre république démocratique et jeter les bases de la démocratie citoyenne. N’y avoir pas participé n’enlève en rien le mérite intellectuel ou le patriotisme de qui que ce soit ! Mais militer pour le rompre ne sert ni à Macky ni à notre peuple.

Ibrahima SENE PIT/SENEGAL
Mercredi 19 Février 2014
Dakaractu




1.Posté par Bilaay le 19/02/2014 13:49
Dof du wéer mais cette fois -ci notre communiste dit bien vrai et mérite d'être écouté!



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016