Iba Der Thiam interroge le gouvernement sur la sécurité des défenseurs des droits de l'homme


Iba Der Thiam interroge le gouvernement sur la sécurité des défenseurs des droits de l'homme
Le député Iba Der Thiam du groupe des Libéraux et démocrates a déclaré samedi avoir transmis au président de l'Assemblée nationale Moustapha Niasse une question d’actualité adressée au gouvernement, sur la sécurité des responsables d'associations de défense des droits de l’homme au Sénégal.
 
"Les associations de défense des droits de l’homme viennent d’exprimer leur inquiétude au sujet de leur sécurité, après les désaccords intervenus à la suite de la publication du dernier rapport d’Amnesty International-Sénégal", a écrit M. Thiam, un militant de l'opposition. 
 
Seydi Gassama, le leader de la section sénégalaise d'Amnesty International, a récemment été l'objet de critiques venues des responsables du pouvoir, dont la garde des Sceaux, ministre de la Justice Aminata Touré, et le président du groupe Benno Bokk Yaakaar (BBY, majorité) à l'Assemblée nationale, Moustapha Diakhaté. 
 
Ils lui reprochent de leur avoir imputé, dans un commentaire relatif à un rapport d'Amnesty International, des violations des droits de l'homme survenues sous la présidence d'Abdoulaye Wade. 
 
"Ayant jadis été parrainé par Amnesty International, pour me tirer des griffes du régime de Senghor, je suis très attaché à cette organisation, dont j’apprécie d’autant plus la qualité du travail qu’elle a été dirigée par des personnages aussi illustres que Sean Mc Bride et notre compatriote Pierre Sané", a encore écrit Iba Der Thiam.
 
"J'aimerais que le gouvernement vienne dire aux députés quelles mesures concrètes il entend mettre en œuvre pour assurer l’intégrité physique des biens [...] et la tranquillité psychologique et morale des associations de défense des droits de l’homme", a-t-il ajouté. 
 
Il dit souhaiter que le gouvernement permette à ces associations-là de "continuer d’exercer leurs missions au service de la démocratie, dans le respect de leur identité, en tant qu’agents de la société civile". 
 
Le communiqué annonce aussi que M. Thiam a adressé au gouvernement une autre question d'actualité, pour qu'il "vienne dire aux députés les tenants et les aboutissants de [la] terrible affaire" rapportée par "la presse" sénégalaise, laquelle "s'est fait l’écho de 75 jeunes Sénégalais qui seraient emprisonnés en Bolivie". 
 
Aussi interroge-t-il le gouvernement sur "les mesures qu’il compte prendre pour faire face aux inondations", lors du prochain hivernage. 
 
L'Exécutif est aussi interpellé par M. Thiam sur "les mesures qu’il a prises pour assurer les conditions d’une bonne campagne agricole".
 
"Est-il vrai que le prix des semences d’arachide en coque a été fixé à 210 francs CFA et celui des semences décortiquées à 440 francs, alors que l’ancien régime les avaient fixés respectivement à 100 et 280 francs ?" ajoute-t-il. 
 
Il interpelle enfin le gouvernement "sur des informations faisant état d’arrestations, au Maroc, de Sénégalais accusés d’exercer le métier de marchands ambulants".
 
"Quelles mesures concrètes et immédiates notre gouvernement entend-il prendre pour dissiper les malentendus, restaurer la confiance et assurer la sécurité des Sénégalais vivant au Maroc, ainsi que celle de leurs biens ?" a-t-il demandé.

APS
Samedi 1 Juin 2013




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016