Hôpitaux sénégalais : Quand les médecins refusent de prendre des victimes d’AVC ...le week-end

On n’a pas encore fini d’épiloguer sur les conditions d’accueil dans les hôpitaux sénégalais, qu’un autre phénomène est constaté. En effet selon un confrère qui en a vécu l’amère expérience, les week-ends les médecins refusent systématiquement de prendre des victimes d’Accident Vasculaire Cérébral. Un fait grave qui interpelle au-delà du ministre de la santé, le Chef de l’Etat garant de la sécurité des sénégalais. Lisez ce témoignage...


Hôpitaux sénégalais : Quand les médecins refusent de prendre des victimes d’AVC ...le week-end
Avis aux Sénégalais!
Avoir un AVC (Accident Vasculaire Cérébral) au Sénégal, le weekend ou après 17 heures est formellement interdit. Sinon c'est la souffrance, la douleur pour le patient et ses accompagnants. Une consœur de la RTS a vécu la terrible expérience, elle qui devrait évacuer sa sœur (victime d'un AVC) à la Clinique neurologique du CHU de Fann le vendredi soir. Le médecin de garde lui signifie qu'il a reçu des instructions de la part du Chef de service "Aucune hospitalisation au-delà de 17 heures et les weekends !" Malgré l'insistance et les pleurs de l'accompagnante devant ce cas sérieux, l'homme à blouse blanche reste de marbre. "Ce sont des instructions que je ne peux pas outrepasser". Toutefois, le médecin conseille d'aller dans une clinique privée qui n'est pas très loin de l'hôpital. La consœur revient à la charge en appelant des connaissances pour intervention, mais.... en vain. Elle retourne à la maison avec sa patiente de sœur, le cœur serré. Retour sur les lieux le dimanche, elle trouve heureusement un autre médecin (de nationalité étrangère) qui devant la gravité du cas, prend ses responsabilités de prendre la patiente, en précisant que c'est interdit de prendre un malade le weekend.
Voulant vérifier les informations, je me suis déplacé ce matin (lundi Assomption) à la Clinique Neurologique de Fann je tombe sur un homme (peut être un vigile) à qui je demande de me renseigner sur les modalités d'hospitalisation d'un malade qui se trouve dans le taxi. Ce dernier me dit de revenir demain mardi jour ouvrable. Je lui dis que c'est un cas sérieux. Sa réponse :"Allez voir la Clinique privée ..... Ce n'est pas loin d'ici, elle se trouve dans le quartier ......
De quel pouvoir dispose celui qui a donné ces instructions? Pourquoi on refuse des malades même si c'est urgent?
Peut-on aspirer à avoir un Sénégal Emergent avec des malades qui ne peuvent pas se soigner?
Madame le Ministre de la santé est interpellée de même que le Premier Ministre mais aussi le Président Macky Sall qui, dans une de ses déclarations avait demandé au personnel de santé de bien accueillir les patients et avait même demandé de dénoncer les gens véreux. Eh bien! Président voici un cas. Vous avez les moyens et les possibilités de vérifier. Ce qui se passe dans nos structures de santé c'est vraiment désolant, malgré l'apparence. Et Cette clinique Neurologique de Fann n'est point un cas isolé.
Mbagnick Diouf
Journaliste
Mercredi 17 Août 2016
Dakar actu




Dans la même rubrique :