Hommage à Abdoul Wahab BA


Hommage à Abdoul Wahab BA
  Il y a cinq ans, alors que la communauté sportive mondiale, dans la belle unité quadriennale qu'on lui connaît, convergeait vers Beijing, pour les Jeux Olympiques, s'éteignait doucement à Dakar, Abdoul Wahab BA, membre éminent de la grande famille sportive nationale et internationale.   Sportif talentueux et accompli, Enseignant émérite, Inspecteur Principal de la  Jeunesse et des Sports de classe exceptionnelle, brillant Directeur des Sports, fonctionnaire international, il a été tout cela et, à l'heure de la retraite administrative, plus disponible et volontaire que jamais, il se mit au service de l'Escrime et de l'Athlétisme, à l'échelle du Sénégal, de l'Afrique et du Monde, avec la réussite et le succès qu'on connaît.   Dirigeant pétri de savoir et de culture, de compétence et d'expérience, d'humilité et de conviction, il accompagna puissamment et efficacement, le renouveau sportif sénégalais, dans la période charnière des J.O. de Los Angeles vers ceux de Séoul, avec à la clé, deux évènements considérables : le retour de notre pays à la  CAN de Football de 1986, après dix sept ans d'absence, mais encore et surtout, la remarquable médaille d'Amadou Dia BA  qui signait comme d'une certaine manière, sa fin de mission de Directeur des Sports.   Que dire encore de ces nombreuses responsabilités assumées dans diverses administrations de notre pays, du fait de son ouverture d'esprit, de ses multiples talents ou de son génie tout court.   Aujourd'hui, face à l'éternel silence et à l'inanité des choses, demeure l'immarcescible souvenir de l'homme qui, «partout, avait obtenu l'amitié de tous ceux avec qui il avait à vivre et la confiance de tous ceux avec qui, il avait à traiter ». Dimanche 4 août 2013, comme toujours, autour de sa veuve Hadja Philomène NGOM, de ses frères et sœurs, de son fils Pape Bocar  et des amis des bons et mauvais jours dont singulièrement, Ayoba DRAME et Aziz SECK, en communion avec son frère et mentor Lamine DIACK, qui est resté jusqu'au bout, fidèle et à la hauteur du pacte, nous avons, par les prières et le recueillement, salué la mémoire de l'incomparable Ami.   Personnage pondéré et courtois, loyal et fidèle, il laisse en exemple, une riche vie d'engagement et de don de soi, au profit des autres et de la collectivité, et cela, à un niveau supérieur à l'ordinaire.   Homme de cœur et de générosité, il était faveurs et grâces pour ses proches et ses semblables. Ne s'appelait-il pas Abdoul Wahab ? Gloire à DIEU, MAITRE des mondes !   Simple et modeste dans la fortune, la puissance et la gloire, face à la maladie et à la mort, il a donné une admirable et exceptionnelle leçon de courage, de dignité et de foi qui est un signe d'espérance en l'infinie bonté du SEIGNEUR dont, nous implorons la  Miséricorde pour qu'IL l'élève au plus haut des Paradis. Amine !   Et me reviennent à l'esprit les mots de Montherlant «…Passant, ne me plains pas. J'ai pris et j'ai donné dans une mesure convenable. Et, c'eût été injuste que, seul, je fusse immortel. »       Adama THIAM Inspecteur Principal de l'Education populaire, de la Jeunesse et des Sports, de Classe exceptionnelle CONSEILLER TECHNIQUE A LA PRIMATURE   Dakar SENEGAL
Jeudi 8 Août 2013
Dakaractu




Dans la même rubrique :

AIDA CHERIE - 22/05/2015