Homicides en Afrique de l’Ouest : Le taux au Sénégal est aussi bas qu’en France ou au Canada.


 Le criminologue canadien Maurice Cusson, en collaboration avec d’autres chercheurs, s’est intéressé aux homicides au Burkina, en Côte d’Ivoire, au Sénégal et au Niger. Professeur émérite à l’Ecole de criminologie de l’Université de Montréal, Maurice Cusson est l’auteur de nombreuses publications sur la délinquance, la sécurité ou les homicides. Il a codirigé l’écriture de Mille Homicides en Afrique de l’Ouest, qui vient de paraître aux Presses de l’Université de Montréal. Fruit d’une collaboration entre chercheurs africains et canadiens, l’ouvrage s’est donné pour but d’analyser les meurtres commis dans quatre pays d’une région où les homicides sont de moins en moins nombreux : la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Burkina Faso et le Niger. Pour les répertorier, les chercheurs ont « dépouillé systématiquement les journaux locaux » à la recherche de faits divers, jusqu’à arriver au nombre rond de « 1 000 cas d’homicides », qui ont donné son titre au livre.
Sur les différences entre les pays étudiés, le Chercheur a signalé que  la Côte d’Ivoire, par exemple, est le pays avec le plus fort taux d’homicide parmi les quatre. « C’est bien sûr lié à la grave crise qu’a connue le pays, avec des conflits qui ne sont pas encore réglés. Ce genre de conflits facilite la circulation des armes ». Au Sénégal, en revanche, le taux est très bas, presque aussi bas qu’en France ou au Canada assure t’il. « Pourtant, la population sénégalaise est bien plus pauvre que celle de Côte d’Ivoire. Ce qui contredit l’idée reçue que la pauvreté et le meurtre sont forcément liés. Il y a un lien, mais il n’est pas systématique ».
Sur l’evolution du taux d’homicide dans la région ces dernières années, le chercheur de faire savoir que les chiffres des Nations Unies montrent qu’entre 2008 et aujourd’hui, le taux a diminué à peu près de moitié dans les pays d’Afrique subsaharienne.
Source: le monde
Vendredi 30 Juin 2017
Dakar actu




Dans la même rubrique :