"Hissène Habré été interpellé et placé en garde à vue, en attendant son audition par le procureur général des chambres africaines extraordinaires" (Marcel Mendy ,ministère de la Justice)


"Hissène Habré été interpellé et placé en garde à vue, en attendant son audition par le procureur général des chambres africaines extraordinaires" (Marcel Mendy ,ministère de la Justice)
Hissène Habré, l'ex-président tchadien vivant en exil au Sénégal, a été placé en garde à vue dimanche, a annoncé à l'APS le journaliste Marcel Mendy du ministère sénégalais de la Justice.

M. Habré "a été interpellé dans sa résidence située aux Mamelles de Dakar et placé en garde à vue, en attendant son audition par le procureur général des chambres africaines extraordinaires" créées au sein des juridictions sénégalaises en vue de la tenue de son procès, a dit Mendy dans un entretien téléphonique.

Il annonce par ailleurs que le procureur général tient un point de presse, lundi à 16 heures, au siège des chambres africaines extraordinaires (derrière le ministère de l'Elevage, sur la VDN).

"On vient de procéder à l'arrestation de M. Hissène Habré. On est en train de le conduire vers une destination inconnue. Je crois que les organisations de défense des droits ont l'occasion de montrer qu'elles se battent pour le respect scrupuleux des droits humains", a annoncé El Hadji Diouf, avocat de l'ex-président tchadien.

M. Habré, qui vit en exil à Dakar depuis sa chute après huit ans de pouvoir au Tchad (1982-1990), est accusé de crimes contre l’humanité, crimes de guerre et torture. Selon des ONG, 40.000 personnes auraient été tuées durant sa présidence.

Pour son jugement, le gouvernement sénégalais et l’Union africaine (UA) ont signé un accord, en vue de la création, au Sénégal, d’un tribunal spécial. L’accord a été approuvé le 19 décembre par les députés sénégalais.

Des chambres africaines extraordinaires ont été créées au sein des juridictions sénégalaises pour juger M. Habré.

Elles ont été installées à la suite de la résolution 401 adoptée le 31 janvier 2012 par la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA. Par cette résolution, l'UA a demandé au gouvernement du Sénégal d’"examiner les modalités pratiques, ainsi que les implications juridiques et financières" du procès de M. Habré.
Avec APS




Dimanche 30 Juin 2013
Notez


1.Posté par Mbagne Gathié le 30/06/2013 15:41
Cette arrestation est l'oeuvre des lobbies succursales de la CPI ( La Cour de Punition Internationale des rois-nègres). Ce n'est le souhait ni la tradition de teranga du peuple sénégalais. Massa!

2.Posté par jah le 30/06/2013 19:02
SENEGAL : Habré kidnappé

3.Posté par beye le 30/06/2013 21:37
si vous croyez que vous avez ete elu uniquement pour orgazniser et tenir des proces vous vous tromper , le peuple s est au mpoins trompe sur le choix de cet incapable de goordjiguenes avec ses ouailles mais s est deja fait une religion aussi bien sur votre moralite que sur votre



Dans la même rubrique :