Henry, un consultant en or massif

​Tout au long de sa riche carrière, Thierry Henry aura entretenu une relation particulière, à la limite de l’obsessionnel vis-à-vis des médias. A 37 ans, c’est pourtant en tant que consultant vedette pour la télévision que l’ancien attaquant de l’équipe de France a choisi d’orienter sa reconversion. Moyennant un contrat en or.


Henry, un consultant en or massif
"Les joies d’interviewer Thierry Henry" : c’est ainsi qu’Ollie Holt, un journaliste anglais, avait il y a quelques semaines choisi d’intituler son papier fort intéressant sur les relations entretenues par Thierry Henry avec les médias. Et le chef des sports du Mirror, l’un des fameux tabloïds outre Manche, de dresser de l’attaquant français un portrait saisissant. Celui d’un joueur qui, à l’heure où les attachés de presse et services de communication des clubs régissent d’une main de fer le rapport aux joueurs de football, n’hésitait pas à prendre son propre téléphone lorsqu’un article n’avait pas trouvé grâce à ses yeux.

"Il était obsessionnel, quelqu’un qui a toujours aimé la confrontation verbale, qui a toujours voulu se défendre, sans jamais déléguer." Un Thierry Henry capable à la veille d’une finale de Ligue des Champions face à Barcelone, au Stade de France, de prendre le temps de joindre l’auteur d’un reportage à la cité des Ulis, où la star des Gunners a grandi, pour se plaindre, à juste titre, d’une erreur sur… l’immeuble décrit dans l’article, où Henry était censé avoir vécu avec ses parents. Toujours à l’affût de ce qui se dit et s’écrit à son propos, le meilleur buteur de l’histoire des Bleus (51) est encore décrit comme "déterminé à ce que les gens qui ont écrit sur lui doivent être tenus pour responsables."

"En tant que communicant, il était à part"

Un souci de tout contrôler, qui vire à l’extrême. Comme lorsqu’il n’hésite pas à joindre une fois encore le Mirror au sujet d’un article sur une danse effectuée sur le terrain par son coéquipier Djibril Cissé et sa signification. Henry en colère, qui pour convaincre son interlocuteur, passe en direct Cissé, présent à ses côtés, pour rétablir la vérité. "Il était l’un des meilleurs joueurs que j’ai jamais vus, mais en tant que communiquant avec les journalistes, il était à part."
Et pourtant, c’est bien ce monde des médias que Thierry Henry choisit aujourd’hui d’intégrer pour y débuter sa reconversion en tant que consultant vedette pour Sky Sports ; le diffuseur de la Premier League. La chaîne anglaise n’a pas lésiné sur les moyens pour s’attacher les services de celui qui avait déjà fait ses premiers pas, dans son nouveau costume pour la BBC, lors de la dernière Coupe du monde au Brésil.

On évoque ainsi un contrat de 25 millions de livres (plus de 31 millions d’euros !) pour que le meilleur joueur de l’histoire du championnat anglais, ou considéré comme tel, rejoigne les Jamie Redknapp, Jamie Carragher et autre Gary Neville, pour livrer ses opinions : "Je crois que le rôle d’un journaliste est d’essayer de faire comprendre les choses aux gens d’une façon plus simple. Leur rendre le jeu plus proche", explique l’intéressé, prêt cette fois à passer de l’autre côté de la barrière. Reste à savoir si Henry saura, lui, décrocher son téléphone pour les joueurs dont il commentera les performances ?   
 
Mercredi 17 Décembre 2014
Dakaractu




Dans la même rubrique :