Haut Conseil des Collectivités Locales : Juste indigné ! (Par Thierno Bocoum)



Quoi que l'on dise, quoi que l'on puisse expliquer, le Haut Conseil des Collectivités Territoriales (HCCT) n'est qu'une assemblée consultative qui a pour mission d'étudier et de donner un avis motivé (art 1er) et pas plus. Les tournures et autres explications n'en feront pas plus qu'un organe dont les avis seront laissés à l'appréciation du Président de la république.
Un rôle que les nombreux conseillers spéciaux et autres ministres conseillers peuvent valablement jouer s'ils sont bien choisis. Une armada de privilèges et une cohorte de conseillers n'impressionneront pas le President. Les avis ne le dévieront pas de sa trajectoire.  Ceux du conseil économique, social et environnemental dorment encore dans ses tiroirs, la commission nationale de réforme des institutions (CNRI) voit son approche scientifique qui a abouti à une volonté populaire, balayée d'un revers de main par un dictat présidentiel, les recommandations de l'OFNAC sont écrasées et ensevelies sous le poids d'un abus de pouvoir sans précédent...la note s'allonge aux frais du contribuable sénégalais. Les véhicules et dotations de carburant, les compensations financières et factures téléphoniques, les voyages et indemnités... crèvent les dépenses publiques sans résultats probants. Juste pour satisfaire une clientèle politique et poursuivre des desseins politiciens.

Le HCCT, une institution élevée à la taille de l'assemblée nationale par la magie d'un sinueux projet référendaire, aiguise aujourd'hui, les appétits. Ils sont à la course aux privilèges. Le mot d'ordre est unanime : ne laisser aucune niche à l'autre même si l'approche d'aujourd'hui trahie celle d'hier.
Macky a décidé de nommer 70 des 150 hauts conseillers et se partager les 80 restants avec la pléthore de candidats. Malgré tout, on va à l'assaut des restes. On espère ramasser des voix. L'essentiel c'est de participer au festin.

Des calculs politiciens sans aucune relation avec les intérêts des populations sont élevés au rang de haute stratégie. On nous apprend qu'il ne faut jamais faire la politique de la chaise vide. Un bon prétexte pour manger à tous les râteliers. On baisse les armes pour armer son adversaire et combattre par ricochet un peuple désabusé et dépouillé.

Le HCCT est une instance politicienne de partage de gâteaux. La république n'est pas en jeu. Elle n'a d'ailleurs jamais été en jeu chez ceux qui nous gouvernent. Ils se sont déguisés en républicains pour mieux l'immoler. Ils ont fini par se spécialiser dans la création de sinécures aux frais du contribuable. Ils ont, en plus, une triste manière d'élever le maximum de politiques au grade de compagnons-déserteurs. Ne pas être seuls dans la dérive mais se débrouiller pour en être les plus grands jouisseurs.
Pour des broutilles, on se fait enrôler, dans un désastre, sans rechigner. On devient complice d'une méthode de gouvernance qui ignore royalement les intérêts majeurs des populations.

Une attitude qui légitimise le mackyllage qu'on impose tous les jours à un peuple meurtri.

Quel dommage pour notre pays !


Thierno Bocoum
Député à l'assemblée nationale sénégalaise

Mardi 16 Août 2016
Dakaractu




1.Posté par Samba Alassane THIAM le 17/08/2016 11:21
Honorable Député,
Le débat démocratique, c’est la capacité à initier des démarches, à accepter et à soutenir la contradiction. En politique, une opinion qui démarre avec le rejet de toute possibilité de concession ne contribue pas à la recherche d’un consensus.

Aussi, la création du Haut Conseil des Collectivités Territoriales (HCCT), inspirée par les Assises Nationales du Sénégal, annoncée dans le programme présidentiel du candidat de la Coalition Macky 2012, recommandée par la Commission Nationale pour la Réforme des Institutions et approuvée par 63% du collège électoral, ne saurait être banalisée avec des réflexions disgracieuses.

Au passage, vous ne pouvez sérieusement pas ignorer que tous les démembrements communiquent hiérarchiquement avec l’institution du Président de la République. Pas de tournure érudite pour le nier.

Ayez la décence de ne pas vous prononcer sur les Assises Nationales du Sénégal puisque le satrape Idrissa Seck, engagé à forcer la considération du Président Abdoulaye Wade en 2008, avait ouvertement critiqué le processus et refusé catégoriquement de le rejoindre.

Du fonctionnement dans l’administration. Aujourd’hui, le budget a subi de sérieuses ponctions qui permettent de soutenir durablement l’important volume de l’investissement public dans les nouveaux projets structurants du Plan Sénégal Émergent. Du passage du satrape Idrissa Seck à la primature, nous ne retenons que les mauvais souvenirs de la dualité politique et demeurons ontologiquement dubitatifs sur son intégrité morale.

Les desseins politiques ne sont pas des crimes. C’est l’abus de confiance, le détournement d’objectifs, l’acquisition de matériels d’écoute et de transmission capables de susciter des interrogations dans un État organisé, la pratique de l’espionnage sur un président de la République, etc… autant d’excès qui caractérisent les crimes impunis de votre satrapie.

Si l’installation des élus du Haut Conseil des Collectivités Territoriales attire les aventuriers politiques de l’opposition, c’est juste qu’ils constatent l’abscisse curviligne décrite par la démarche de votre curieux leader, incapable de rassurer et de cristalliser les gens de bonne foi. Nous attendons toujours de voir comment vous allez provoquer une variation du taux de participation, dépasser subitement la barre des 400.000 voix pour multiplier votre score par 4 et déposer la mouvance présidentielle avec des lettres.

Le Haut Conseil des Collectivités Territoriales, initié au titre des réformes institutionnelles décisives, sera installé et bien inséré dans le paysage de notre administrative. Le Président de la République, qui a travaillé sur les profils techniques de ses membres, en désignera 70 et a déjà instruit son parti d’aérer les investitures pour faire de l’espace aux compatriotes réfractaires à sa vision politique. C’est cela, attribuer une reconnaissance institutionnelle à son opposition républicaine.

Les remarques discourtoises que vous avez adressées à vos anciens camarades de misère politique ne serviront pas vos petites querelles.

2.Posté par creola massage dakar le 17/08/2016 20:59
JET SET BEAUTY INSTITUT DE MASSAGE, POUSSE TOUJOURS HAUT DELÀ DE TOUTES LIMITES POUR ÉPARGNER A NOS CHERS CLIENTS LA ROUTINE.
NOUVELLE ÉQUIPE:
-FELISHIAYA???
-MIMI Cap-Verdienne
-AICHA notre drianke
-MARIA la peul
VIVEZ LE MASSAGE AUTREMENT
Faite le : tel: 70 820 94 90 / 76 647 25 63 / 77 857 19 54 / 78 424 41 54



Dans la même rubrique :