HOTELERIE : Fram Palm Beach toujours dans l'attente d'un acheteur


Le dossier de la reprise de Fram-hotels Sénégal avance. La filiale hôtelière, créée par Fram en 1989 pour assurer l’exploitation de l’hôtel Palm Beach de Saly (Séné- gal), est actuellement sous administration judiciaire dans l’attente d’un rachat. C’est Me Caviglioli, ancien mandataire ad hoc puis administrateur de Fram et qui a aussi géré la liquidation d’Air Mé- diterranée, qui a été nommé administrateur de Framhotels Sénégal. Une fonction qu’il assure également pour l’ex-filiale de Fram au Maroc. Il cherche actuellement un repreneur pour la société sénégalaise et l’hôtel qu’elle gère. Les candidats étaient convoqués, mercredi 28 septembre 2016, devant le Tribunal de commerce de Toulouse pour une audience avec le juge-commissaire Antoine Blatche qui suit le dossier. Un rendez-vous à l’issue duquel, 4 offres de reprise ont été retenues.
La première émane de Mamadou Sow, président du conseil d’administration de Sénégal Découvertes Touristiques qui est également une ancienne filiale de Fram au Sénégal. Il considère surtout pouvoir bénéficier d’un droit de préférence sur le dossier car il est actionnaire de Framhotels Sénégal. C’est effectivement le cas, mais ce n’est pas certain que cela suffise. En effet, sur les 10 000 actions de la société anonyme (SA), 9 993 étaient détenues par Voyages FRAM. Les 7 autres étant réparties entre des personnes physiques dont Georges Colson, Marie-Christine Chaubet et Mamadou Sow pour permettre la constitution d’un conseil d’administration. Mais l’action que M. Sow détient ne peut être vendue et ne lui donne pas non plus le droit de prétendre à des dividendes. Elle n’a qu’une valeur administrative.
Palm Beach (ter)
Il doit, par ailleurs, composer avec un handicap de taille : contraire- ment à deux de ses concurrents pour la reprise, il n’est pas un professionnel de l’hôtellerie. Car, en face, la deuxième offre de reprise a été formulée par le Portugais Luis Roll. Il est président-directeur général de Flagworld, qui détient, entre autres, la marque Golden Tulip au Portugal. Il exploite plusieurs autres unités dans le pays. Mais aussi une agence spécialisée dans les voyages de groupes, une société de location de voiture électriques et hybrides et même une entreprise de location de matériel de bricolage et de jardinage. Et, selon nos informations, son offre de reprise serait plus élevée financièrement que celle de Mamadou Sow.
Même si, pour l’heure, il n’a pas encore fourni de garantie bancaire. Mais il a jusqu’à la prochaine audience, programmée le 28 octobre 2016 à Toulouse, pour le faire.
Le troisième candidat encore en lice n’est autre que Bernard Bensaïd, Pdg de DocteGestio, qui avait formulé une offre de reprise de dernière minute pour FRAM en 2015. La dernière des 4 offres retenues provient d’un homme d’affaires libanais installé à Dakar. Il est représenté par un cabinet d’expertise comptable. Mais, même si son offre semble être l’une des plus intéressantes financièrement, pour l’administrateur judiciaire, elle ne porte que sur les murs du Palm Beach de Saly, pas sur le fond.
Ce sera, en tout état de cause, au Tribunal de commerce de Toulouse de se prononcer le 28 octobre 2016.
Jeudi 6 Octobre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :