Grèves intempestives dans l’éducation : Le Cri de rage de Me Massokhna Kane (Sos Consommateur)


Grèves intempestives dans l’éducation : Le Cri de rage de Me Massokhna Kane (Sos Consommateur)
Le système éducatif sénégalais est à genoux pour ne pas dire à terre depuis plusieurs années maintenant. Et cela en conséquence des grèves intempestives qui traversent les années scolaires et universitaires qui se suivent et se ressemblent terriblement.
Une situation  qui n’a pas laissé de marbre le Président de SOS Consommateur, Me Massokhna Kane qui vient de lancer un cri de rage contre, justement, ces grèves répétitives à longueur d’années. Se défonçant sévèrement aussi bien sur les enseignants que sur l’Etat, Me Kane est d’avis « qu’il est regrettable, inadmissible et inacceptable qu’il y ait des grèves partout dans l’éducation, du primaire au supérieur en passant par le moyen élémentaire ».  « Il y a trop de syndicats et chacun y va à son rythme et avec ses méthodes », tonne-t-il dans son document qui rappelle que « la pratique de la grève au Sénégal tue le droit de grève ». Et d’ajouter non sans regretter, que « lorsque l’Etat veut en tirer la conséquence normale qui est le non paiement des salaires pour les jours de grève, on crie au scandale et cela n’est pas  responsable ».
« La conséquence de toutes ces grèves est que ce n’est pas l’Etat-employeur qui paie les pots cassés, mais nos enfants qui n’y sont pour rien », se désole Massokhna Kane qui précise que l’éducation est aussi un droit fondamental garanti par la Constitution, tout comme le droit de grève.
«Vous êtes en train de sacrifier volontairement et consciemment l’école sénégalaise et l’avenir de nos enfants. Vous enseignants, vous n’avez pas le droit », clame-t-il en direction des enseignants, non sans pointer un  doigt accusateur vers l’Etat : «vous Etat, vous en assumez l’entière responsabilité par votre manque d’autorité et par le fait que vous ne respectez pas toujours vos engagements vis-à-vis des enseignants ».
Hurlant de rage, Me Kane soutient que «Trop c’est trop » et lance un appel au Chef de l’Etat, seul détenteur du  pouvoir pour mettre fin à cette anarchie qui ne peut, en aucun cas, être considérée comme l’exercice normal d’un droit de grève.
« Enseignants et Etat, trouvez vite un accord et arrêtez de sacrifier l’éducation  des élèves, lycéens et étudiants, au quotidien et depuis plusieurs années. Tous les sénégalais doivent se mobiliser pour mettre fin à ce drame qu’est le sacrifice de l’avenir de nos enfants », plaide Me Massokhna Kane in fine. 
Jeudi 7 Avril 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :