Grève, sécurité, pénurie : les menaces qui pèsent sur l'Euro 2016

Le coup d'envoi de la compétition sera donné le 10 juin mais les inquiétudes grandissent sur son bon déroulement.


Ce qui devait être un grand moment de fête pourrait bien tourner au fiasco. Alors que l'Euro 2016 de football doit débuter dans quelques semaines, le 10 juin, les obstacles s'accumulent.

# Une grève à la SNCF 

Les syndicats de cheminots, en négociation avec la direction de la SNCF pour trouver un nouvel accord sur le temps de travail et établir une convention collective harmonisée en vue de l'ouverture élargie à la concurrence à partir de 2020, maintiennent la pression avec une grève reconductible. Tous les syndicats ont déposé des préavis reconductibles couvrant la période de l'événement sportif. Ce qui pourrait compliquer l'accès aux différentes villes où doivent se dérouler les matchs. La SNCF espère de son côté aboutir le 7 juin.

"Aucun Français, quelles que soient ses convictions, ne comprendrait que pour des problèmes de ce type on remette en cause l'image de la France et ce rendez-vous important", a déclaré ce vendredi 20 mai Alain Vidalies, secrétaire d'Etat aux Transports, sur France Info.

"J'espère qu'on arrivera à une phase conclusive à la fin de la semaine prochaine", a-t-il poursuivi faisant état de "discussions légitimes" et "compliquées".

# La sécurité des fans zones en question

L'Etat d'urgence a été prolongé jusqu'à fin juillet mais les inquiétudes liées à la sécurité des fans zones, qui doivent accueillir 7 millions de visiteurs dans les dix villes hôtes, persistent.


Adresse email
S'inscrire
Certains, notamment à droite, demandent leur suppression quand d'autres expriment de vives inquiétudes. Vendredi matin, Rachida Dati, maire du 7e arrondissement a rappelé qu'elle "était contre une fan zone sur le Champ-de-mars" où 92.000 personnes doivent être accueillies, tout comme le directeur général du parti Les Républicains, Frédéric Péchenard. D'après le patron de la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI), la France est même "clairement menacée" par des attaques à la bombe.

Le gouvernement tente de son côté de rassurer. Jeudi, le ministre des Sports Patrick Kanner a indiqué que le doublement des moyens consacrés à la sécurisation des fans zones permettra l'emploi d'"un agent de sécurité pour 100 personnes, dans les moments les plus lourds". Entre 800 et 900 agents pourront être déployés au même moment, en plus des forces de l'ordre.

"Tout rassemblement populaire peut être dangereux (mais) ne créons pas un climat anxiogène", a insisté le ministre.

"Jamais un évènement n'aura été autant sécurisé que l'Euro 2016 en France", a-t-il ajouté, évoquant "des conditions de sécurité extraordinaires".

Les stades - placés sous la protection de 10.000 à 12.000 agents de sécurité privés engagés par l'UEFA comme les camps de base des 24 équipes et tous les sites et hôtels officiels - disposeront eux d'un double périmètre de contrôle. Au total, le budget sécurité de l'UEFA se monte à 34 millions d'euros. 

# Vers une pénurie d'essence ?

L'ancien secrétaire général de la CGT Bernard Thibault a été très clair sur France Info :  

"L'Euro de football c'est pas sacré, c'est une compétition internationale. Le sacré, c'est le sort qui est fait aux travailleurs dans le pays et dans le monde."

Il réagissait à l'appel du syndicat à bloquer les raffineries de pétrole dans le cadre du mouvement contre la loi Travail qui pourrait, si les blocages se poursuivent, conduire à une pénurie. Un risque écarté vendredi matin par Alain Vidalies, du moins "à court terme" alors que des dépôts ont été bloqués par des chauffeurs routiers autour du Havre et de Rouen.

"Nous n'avons pas utilisé pour l'instant les stocks stratégiques, donc il n'y a pas de risque de pénurie à court terme", a expliqué le ministre. 

Jeudi, des responsables économiques normands ont exprimé leur inquiétude sur l'impact des difficultés d'approvisionnement en carburant pour leur région. Quelque 70 stations-service de Total ont été jeudi en rupture de carburant dans le quart nord-ouest de la France, selon le groupe pétrolier français.

La préfète de Seine-Maritime et de Normandie, Nicole Klein, a publié jeudi un arrêté "interdisant l'achat de carburants hors réservoir du véhicule", et a renouvelé un appel "au civisme et à la responsabilité de chacun".
Vendredi 20 Mai 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :