" Gorgui " est là...


L'attente a été longue mais Wade est arrivé à Dakar. A bord d'un jet privé, le Pape du Sopi dont la venue a été au coeur d'une vive polémique entre pouvoir et opposition a foulé le tarmac de l'aéroport de Dakar ce lundi 10 juillet à 16 heures 20 minutes. Accompagné de son épouse, Viviane Wade et de Me El Hadj Amadou Sall entre autres proches, le “vieux” est passé au salon d'Honneur comme le lui permet son statut d'ancien chef d'Etat avant d'embarquer dans sa rutilante voiture. Rejoints par certains caciques du Parti démocratique sénégalais et de la coalition gagnante Manko Wattu Sénégal à l'image de Pape Diop, de Mamadou Diop Decroix, de Mamadou Lamine Diallo pour ne citer que ceux, là, Wade pouvait commencer sa marche bleue.

A l'entrée de l'aéroport, l'attendaient des militants en transe. Tous vêtus de tee shirts à son effigie, ils attendaient la sortie de “Gorgui” et scandaient "nous avons regretté votre départ". Dans son “grand boubou” de couleur bleue, Abdoulaye Wade admirait du haut de son véhicule cet engouement qu'il n'a pas vu depuis des lustres. Impraticable pour les autres usagers, la route de l'aéroport s'est avérée très étroite pour contenir ce monde venu accueillir l'ancien président du Sénégal. Ceinturée par des gendarmes qui ont certainement reçu consigne de veiller sur la sécurité de la star du jour, la voiture d'Abdoulaye Wade avait du mal à avancer. Un spectacle qui ne déplaisait pas du tout à son occupant qui contemplait son aura. Qui est resté intacte. En effet. Wade est resté dans les coeurs. Même les automobilistes qui ont emprunté le sens inverse ne pouvaient s'empêcher d'immortaliser le moment même si certains d'entre eux qui ont eu la malencontreuse idée de baisser leur vitre, l'ont payé cash. C'est un euphémisme de dire que les malfaiteurs profitent d'événements de la sorte pour se refaire une nouvelle santé financière. Pendant ce temps, Wade poursuivait son show. “Ce que nous voyons aujourd'hui, est indescriptible”, s'extasie Mamadou Diop Decroix.

Un court arrêt au Pont de l'émergence

Requinqué par la foule qui ne cessait de prendre de l'ampleur à mesure que le convoi avançait, Wade fait un détour à Grand Yoff. Mais sa marche bleue a marqué un arrêt à hauteur de l'échangeur de l'émergence, histoire pour Me Wade de “mater” la transformation du “pont Sénégal 92” par l'actuel régime. Qu'est ce qu'il en a pensé ? Il le dira plus tard à la permanence du Pds où le Pape du Sopi a terminé son périple dakarois.

Sur Place, des milliers de militants qui avaient pris d'assaut le QG du parti libéral n'ont pu retenir leur joie à la première apparition vers les coups de 20 heures du prédécesseur de Macky Sall à la magistrature suprême. Des bousculades monstres avaient repris leur droit car tout le monde voulait toucher le “messie”. À l'intérieur de la Permanence, il fallait jouer des coudes pour ne pas se faire piétiner. Pour les journalistes qui n'ont voulu rien manquer de l'événement, une autre partie de manche se jouait. Certains d'entre eux ont fait des pieds et des mains pour monter sur l'estrade à partir de laquelle Wade devait faire sa déclaration. Une déclaration très attendue par le Sénégal. Et tout le monde sera servi puisqu'à sa prise de parole, Wade a d'abord vidé son chargeur sur “ceux qui me demandent de me reposer”. “Je n'ai pas le droit de me reposer quand mon peuple souffre”, a d'emblée attaqué la tête de liste nationale de la coalition Gagnante Wattu Sénégal du haut de ses...91 ans. Les autres missiles dégainés par “Gorgui” iront vers la cible Macky Sall qui selon le tireur d'élite Wade doit tirer toutes les conséquences de “l'accueil mémorable que le peuple sénégalais m'a accordé”. Amoureux des foules, Wade se targuera même d'avoir mobilisé pas moins de 3 millions de personnes. “Selon les chiffres qu'on m'a rapportés”, précise t il. “S'il le souhaite, s'adresse t il toujours à Macky Sall, je peux lui prêter mon jet privé afin qu'il évacue sa famille sinon il ne devra en vouloir qu'à personne si demain il est traduit devant la CREI (...) S'il avait bien sauvegardé mon legs, je ne serais pas là aujourd'hui. La seule réalisation que j'ai constatée de sa part, c'est le pont de l'émergence alors que j'en ai construit plusieurs à Dakar et à l'intérieur du pays”, ajoute Abdoulaye Wade qui a failli être emporté par l'affaissement d'une partie de l'estrade. Il y a eu plus de peur que de mal.

Suivi religieusement par ses partisans, Wade rappelle toutefois ces derniers à l'ordre quand ils se sont mis à hurler “Gorgui mo beuri dollé”. “Je vous ai déjà dit d'arrêter de dire que le vieux est puissant. C'est Dieu qui détient la force et qui la donne à qui Il veut. Je ne pardonnerai plus à quiconque se permettra de me comparer à Dieu”, rectifie t il ses ouailles. Message bien reçu. Pour boucler la boucle, le théoricien du Sopi donne rendez vous à ses militants ce jeudi pour un mega meeting à Mbacké. Mais avant ce rassemblement qui s'annonce épique, Wade se rendra à Tivaouane pour présenter ses condoléances à la famille Sy suite au rappel à Dieu de son “ami” Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy. Après la ville d'El Hadji Malick Sy, il sera à Touba pour s'entretenir avec le Khalife des Mourides, Cheikh Sidy Mokhtar Mbacké. Les autres “guides religieux” suivront. C'est vrai que Wade est de retour. 
Mardi 11 Juillet 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :