Gfc-Pikine (1-0) se termine encore dans la violence : un joueur insulte l'arbitre, le GMI le tabasse

La rencontre Gfc-Pikine de ce dimanche devait en principe se dérouler à huis clos en raison de la sanction qui avait fait suite aux incidents du match aller. A peine la sanction levée en appel que ce derby de la banlieue a encore accouché d’une violence inouïe avec comme conséquence : un joueur (Sadio Diao) molesté par les forces de l’ordre, une partie de la tribune couverte du stade Amadou Barry, occupée par les supporters Pikinois, ainsi évacuée à l’aide de grenades lacrymogènes. Suffisant pour que la direction de l’As Pikine brandisse la menace d’une plainte.


Gfc-Pikine (1-0) se termine encore dans la violence : un joueur insulte l'arbitre, le GMI le tabasse
Tout était, semble-t-il, réuni pour vivre un après-midi paisible, ce dimanche, au stade Amadou Barry. Guédiawaye Fc-Pikine, cette affiche phare de la 20e journée de Ligue 1 de football se jouait dans un contexte particulier. Celui d’incidents ayant causé, le 10 janvier dernier, la mort d’un supporter du Gfc, Ibrahima Gning.
Quatre mois après, pour Libération, la leçon n’a pas servi à grand-chose d’autant que la violence a refait surface. Tout commence au retour des vestiaires. Malgré un zéro but partout, les supporters de l’As Pikine, placés à la partie droite de la tribune couverte, n’ont pas apprécié un penalty et quelques fautes que l’arbitre central a oublié de siffler, à leurs yeux. L’un d’eux est cueilli par un agent des forces de l’ordre, un dénommé «Commissaire».
Son tort ? Avoir injurié le maître du terrain. Le public Pikinois, indigné, crie sa colère. Le bonhomme est conduit au véhicule Pick-up garé en bas, à l’extrémité de la tribune en question.
A la 76e minute, l’arbitre siffle un penalty pour Gfc. A la suite d’un long dégagement du gardien Diatta Ndiaye, l’attaquant Ugo Nwachukwu sème une défense Pikinoise qui a eu du mal à lire la trajectoire de la balle. Une fois au niveau de la surface de réparation, il tombe après une charge d’Alioune Badara Dionne. Le camp des visiteurs ne le voit pas ainsi et crie au complot. Nwachukwu se fait justice lui même et transforme l’essai (78e). Le tenant du dou- blé coupe-championnat ne se relèvera plus d’un tel coup de poignard. Les armes à la main, le match était tout de même équilibré, Pikine (14e, 18pts) concède sa huitième défaite.
Mais, le pénalty «offert» reste au travers de la gorge des supporters et... des joueurs. Les ultras huent le trio, qui rejoint les vestiaires sous bonne escorte.
Auparavant, les forces de l’ordre, en tenant à les protéger, se sont arrêtés pour molester un joueur en particulier : Sadio Diao. Un acte que dirigeants et inconditionnels du club n’ont guère apprécié. «Ce n’est pas le résultat qui fait mal car Pikine a encore son destin en main. On peut perdre tout comme on peut gagner le match qui suit. C’est dans la logique des choses même si l’on évoque l’arbitrage. Ce qui est inacceptable, par contre, est qu’un Gmi tabasse un joueur qui venait de faire 90 minutes sur le terrain (Sadio Diao est entré en jeu dans le dernier quart d’heure). Nous allons utiliser les images. On veut que l’auteur de cette forfaiture soit traduit devant les tribunaux. Nous allons déposer la plainte car nous ne voulons plus voir ces actes dans le football», peste Lamine Guèye, le chargé de communication.
Famara Soly, secrétaire administratif, d’ajouter que Mohamed Soumaré, secrétaire général, a aussi subi la furie des forces de l’ordre. De son côté, le coach intérimaire, Cheikh Dionne alias Thialang, appelle au calme, invitant les joueurs à plus de concentration. Il reste 6 batailles au tenant du doublé pour sauver sa peau et éviter la relégation. 
Lundi 18 Mai 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :