Gaz butane : Le gouvernement menace de lever la subvention


Gaz butane : Le gouvernement menace de lever la subvention
Il sera insupportable pour les finances publiques de consacrer plus de 340 milliards de francs Cfa à la subvention des produits de masse comme le gaz butane.Le ministre de l’Economie et des Finances l’a fait comprendre aux députés avant-hier à l’ouverture de la session budgétaire 2012.

Avec toutes les priorités qui attendent, l’Etat ne peut pas se payer le luxe de consacrer encore 340 milliards de francs Cfa à la subvention des produits de masse comme le gaz butane. C’est ce que le ministre en charge des Finances a fait comprendre aux députés qui l’ont interpellé avant-hier à l’ouverture de la session budgétaire 2012 sur cela. Selon Abdoulaye Diop, cette politique de subvention que l’Etat avait entreprise ces dernières années ont beaucoup grevé le budget de l’Etat et empêché des réalisations dans d’autres secteurs prioritaires. C’est pourquoi, dit-il, le gouvernement avait décidé, de mettre fin à cette subvention pour orienter ces ressources vers d’autres secteurs également prioritaires. Mais, note l’argentier de l’Etat, il ne s’était pas arrêté là. L’Etat avait, dans le même temps, décidé de défiscaliser totalement l’importation du gaz butane et de ne retenir que la redevance statique de 1 % qui est un engagement au niveau de l’Uemoa et de la Cedeao. ‘Nous ne percevons aucune taxe sur le gaz butane.
Les subventions qui ont été faites en son temps sur un certain nombre de produits pétroliers et alimentaires étaient devenues insupportables. L’Etat a mis plus de 340 milliards de francs Cfa ces trois dernières années pour supporter l’augmentation des prix et soulager un peu les populations. Mais, c’était avec une éviction des ressources nécessaires pour faire face à d’autres problèmes’, fait remarquer le ministre des Finances. Qui estime que ces subventions ne sont pas étrangères aux problèmes d’arriérés de paiement qui étaient ‘insupportables’ et qui avaient affecté non seulement notre économie dans son taux de croissance mais aussi les travailleurs et les entreprises. ‘Nous nous sommes dit qu’il ne fallait rien prendre sur le gaz butane en termes de taxes mais il fallait également éviter de mettre des subventions qui étaient trop difficiles à supporter pour le budget de l’Etat et qui auraient des conséquences désastreuses sur l’économie du pays. Moi, je suis toujours dans cette position, mais si vous (les députés, Ndlr) pensez qu’il faut encore aller prendre plus de 340 milliards de francs Cfa pour subventionner, je suis prêt à en discuter avec vous. Car, vous aussi, vous êtes aussi responsables que le gouvernement dans cette affaire’, poursuit Diop qui pense que cela va être extrêmement difficile de couper le budget avec des montants aussi importants pour les consacrer à la subvention en lieu et place des problèmes sociaux et d’investissement dans les infrastructures qui attendent.

Rappelons que, depuis juin 2009, l’Etat a levé la subvention sur le gaz et suspendu les droits de douane et la Tva qu’il prélevait sur le produit. En son temps, le gouvernement, dans son argumentaire, soutenait qu’au-delà des populations sénégalaises, il subventionnait le gaz butane de pays limitrophes où il était fréquent de retrouver les bouteilles de gaz sénégalaises à cause de la porosité des frontières.

Seyni DIOP

( WALF )
Vendredi 11 Novembre 2011




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016