Gaston Mbengue : «Nous n’en pouvons plus !»

Accusé d’avoir reporté le combat Papa Sow-Lac de Guiers 2, sans avoir au préalable donné les raisons aux concernés, de devoir à Ama Baldé la somme de 22 millions FCfa, après son combat contre Malick Niang, le promoteur de lutte, Gaston Mbengue, plaide non coupable. Il en profite pour tirer le bilan d’une saison 2013-2014 difficile à plus d’un titre.


Gaston Mbengue : «Nous n’en pouvons plus !»
Après le report du combat Lac2-Papa Sow, des contestations ont fusé de toutes parts. Pouvez-vous nous donner les raisons réelles de cet énième report ?

Je voulais vraiment en finir avec ce combat. J’avais même demandé une dérogation jusqu’au 3 août. Le président du Cng, Alioune Sarr, avait fait tout son possible pour obtenir la dérogation. Il en avait parlé au ministre des Sports sortant, Mbagnick Ndiaye, mais ce dernier n’avait pas répondu. Vous savez que l’administration fonctionne par écrit. En plus, avec le mois de ramadan, on n’a pas la possibilité de faire la promotion d’un combat. Et on ne peut raisonnablement pas payer un cachet de plus de 60 millions FCfa et prendre le risque d’organiser ce combat trois jours après le ramadan, sans avoir fait, en amont, la promotion de l’événement. Je me suis assez sacrifié pour la lutte. Je ne vais pas continuer à faire des folies. La lutte ne marche plus. Tous les grands promoteurs ont des problèmes pour payer les reliquats aux lutteurs, parce que les sponsors nous doivent encore de l’argent. C’est normal, parce que la saison n’est pas encore terminée. A l’impossible nul n’est tenu. Il ne faut pas forcer le barrage.

Papa Sow a-t-il tort de vous reprocher une absence de communication concernant cette décision de report ?

J’ai bien communiqué. Il n’y a eu qu’un seul couac. Abass Ndoye de l’écurie Fass, c’est mon jeune frère. On se parle tout le temps. Mais quand j’ai pris la décision, c’est vrai que je ne lui en ai pas parlé. Il m’a même appelé. Mohamed Ali, manager de Lac 2, quand je lui ai parlé, il m’a dit qu’il n’y avait aucun problème.

A l’écurie Fass, on avance que Papa Sow a diminué deux fois son cachet pour vous aider à organiser ce combat et malgré tout, ça cale encore…

C’est faux. Il ne l’a fait qu’une seule fois. Ces gens racontent n’importe quoi.

Ama Baldé a aussi déclaré que vous lui devez 22 millions F Cfa après sa victoire sur Malick Niang. Qu’en est-il ?

Tous les cachets sur contrat ont été payés par le Cng. C’est le cachet sponsoring qu’il (Ama Baldé) n’a pas encore reçu. Je n’ai jamais manqué de verser son reliquat à un lutteur. Au contraire, c’est moi qui avance mon argent, en attendant l’argent du sponsor. En plus, Ama Baldé doit savoir raison garder. Ils (Ama et Malick Niang) n’ont pas encore entièrement rempli leur part du contrat. Dans le contrat sponsoring, il est prévu un face-à-face d’après-combat. Cette cérémonie n’a pas encore été organisée donc, ils ne peuvent pas recevoir la totalité du cachet. Ama Baldé dit que je lui dois 22 millions FCfa et qu’il n’a reçu que 3 millions FCfa après le combat. C’est faux. Il a encaissé 10 millions FCfa après le combat. Je viens d’appeler son manager, qui m’a confirmé qu’il a donné 10 millions FCfa à Jules Baldé, grand frère d’Ama. S’il y a problème, c’est entre eux.

Concrètement, combien devez-vous à Ama Baldé ?

Je ne lui dois que 15 millions FCfa en termes de cachet et de sponsoring.

Avec tant de difficultés, s’avance-t-on vers une saison 2013-2014 difficile ?

On va vers l’arrêt de la lutte. A ce rythme, seuls les petits promoteurs (sic) pourront organiser de petits combats. Les promoteurs ne peuvent plus payer des sommes faramineuses. Je l’ai toujours dénoncé, mais on ne m’a pas cru. On a même poussé les gens à faire des folies, et on le faisait par honneur. C’est fini, je ne ferai plus de folies. Aziz Ndiaye a déclaré qu’il va arrêter après le combat Gris Bordeaux-Tyson.Il a raison. Nous n’en pouvons plus ! Dites-moi : quelle est l’activité économique qui peut supporter plus 100 millions FCfa en un crépuscule ? Avec 200 millions FCfa, le cachet de deux lutteurs, on peut créer une grande société et faire travailler beaucoup de personnes. Si les promoteurs croisent les bras, on verra ce que feront les lutteurs. Ce n’est plus possible de continuer comme ça.

L'Observateur
Mercredi 16 Juillet 2014
Dakaractu




1.Posté par papa le 16/07/2014 15:13
Bien dit gaston quoique que l on puisse dire il a le franc parler et j apprecie cela delui nit you melni wadji sougne si amone 10 senegal dina avancé bou bakh



Dans la même rubrique :