GRÈVE DU SYTJUST : Des justiciables paient 2 000 à 3 000 FCFA pour se procurer un casier judiciaire

S’il y a des personnes qui souffrent de la grève de 72 heures décrétée par le Syndicat des travailleurs de la Justice (Sytjust), ce sont bien ces Sénégalais qui ont besoin, urgemment, d’un casier judiciaire. Ces derniers déboursent 2000 à 3000 francs CFA pour obtenir le sésame alors qu’en temps normal, il faut juste deux pièces de 100 francs CFA.


GRÈVE DU SYTJUST : Des justiciables paient 2 000 à 3 000 FCFA pour se procurer un casier judiciaire
Qui délivre ces casiers judiciaires en cette période où les greffiers sont en mouvement ? Seuls les maraudeurs du Palais de justice peuvent le dire. Palais de Justice de Dakar. Un panorama triste, dépourvu d’animation, règne au niveau du service de délivrance des casiers judiciaires. D’habitude très animé, l’endroit est très calme à cause de la grève de 72 heures décrétée par le Syndicat des travailleurs de la Justice (Sytjust). Qui, en plus de dénoncer le mépris de leur tutelle à leur endroit, réclame de meilleures conditions de travail.
Tous les bureaux sont fermés. En principe, à cause du mouvement, les justiciables qui viennent au tribunal à la recherche d’un document administratif tel qu’un casier judiciaire ou un certificat de nationalité ne doivent pas être servis.
Mais, la situation est tout autre au palais de Justice de Dakar. Elle est paradoxale et incroyable. Il y a des justiciables qui parviennent à se procurer un casier judiciaire moyennant une somme.
En effet, ceux qui ont besoin, de façon urgente, du fameux sésame en cette période de mouvement d’humeur initié par les travailleurs de la justice, casquent 2000 à 3000 francs CFA pour en disposer. Alors qu’en temps normal, il faut juste payer deux pièces de 100 francs CFA. Le montant raisonnable est donc multiplié par dix. Mais, cela se fait discrètement. Sans bruit de couloir.
C’est un homme qui identifie ceux qui ont besoin, de façon urgente, d’un casier judiciaire. Il leur parle en aparté et les explique la procédure. «Le Sytjust est en grève. Ils reprennent service vendredi. Mais, si tu as besoin d’un casier judiciaire, je peux t’aider à en trouver facilement», a dit l’homme qui nous a pris pour quelqu’un qui est venu chercher l’acte administratif.
Nous avons ainsi décidé de jouer le jeu pour lui tirer des vers du nez et connaitre comment cela se passe. «Comment peux-tu nous aider à obtenir un casier judiciaire alors que les greffiers qui contresignent les actes administratifs sont en grève», lui rétorque-t-on.
«Ça, c’est mon travail. Donnez-moi 3000 francs CFA et votre photocopie de carte d’identité. Et dans 30 minutes, vous aurez votre casier», a assuré le «courtier» qui, pour mieux nous appâter, montre une dizaine de photocopies de cartes d’identité qu’il a dissimulée dans une enveloppe grand format. Mais, nous avons décliné sa proposition en lui disant qu’on préférait attendre jusqu’à vendredi pour déposer le casier.
En effet, Absatou Niang et Mody Camara ont, respectivement, payé 2000 et 3000 francs CFA pour avoir un casier judiciaire. Nous les avons interpellés pour savoir les raisons qui les ont poussés à débourser une telle somme. Si Absatou a, discourtoisement, refusé de répondre à notre question, Mody, lui, a décidé de nous accorder un peu de son temps. Il fait savoir qu’il est venu chercher l’acte administratif pour sa petite sœur. Laquelle, nous renseigne-t- il, a décroché son Bac et veut aller poursuivre ses études à l’étranger. «Elle en a besoin et c’est urgent. Comme j’ai la possibilité de me le procurer en payant, je l’ai fait», a déclaré l’homme qui, pourtant, reconnait que cela est anormal et peut être assimilé à de la corruption.
«On est au Sénégal. Nous savons tous comment ça se passe. Ces gens-là travaillent de connivence avec les greffiers qui, pourtant, sont censés être en grève. C’est désolant et regrettable, mais on n’y peut rien», dit-il, fataliste, avant d’affréter un taxi pour s’en aller.
Interrogé sur la situation, Waly Mbodj, ancien garde pénitentiaire, affirme que cette grève ne doit pas causer des désagréments aux usagers. «C’est scandaleux si certains, malhonnêtes qu’ils sont, se transforment en rabatteurs pour soutirer de l’argent aux gens moyennant l’obtention d’un casier judiciaire à 2000 francs CFA», a-t-il déclaré pour le dénoncer avant d’ajouter : «quels que soient les motifs avancés par le syndicat, le service administratif ne doit pas être rompu pour porter préjudice au public.»
Jeudi 4 Août 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :