GESTION DES ORDURES : Les concessionnaires réclament 6 milliards F Cfa à l’Etat

En conférence de presse samedi, les concessionnaires ont montré leur amertume à l’endroit du gouvernement. Ndongo Fall et Cie veulent entrer dans leurs fonds dans les plus brefs délais.


GESTION DES ORDURES : Les concessionnaires réclament 6 milliards F Cfa à l’Etat
Coordinateur des concessionnaires du Sénégal, Ndongo Fall révèle que ses collègues ont travaillé pendant plus de six mois sans être payés. Et en tant que Sénégalais, ils ont pris leur mal en patience. Le hic, c’est qu’ils n’ont pas obtenu gain de cause après une rencontre avec le coordinateur de l'Ucg ainsi que le ministre en charge de la question.
Pis, ceux qui leur livrent du carburant pour les camions attendent à leur tour d’être payés. Pareil pour les banques vu qu’ils ont dépassé le plafond. Ce qui fait qu’ils n’arrivent même plus à assurer les dépenses pour le personnel. Ainsi, M. Fall demande à l’État de leur payer la dette de 6 milliards F Cfa.
Issa Seck, responsable d’une entreprise dans le secteur du nettoiement, pleure une situation qui pèse lourdement sur leur trésorerie depuis un mois. Non sans regretter l’absence de réaction de l’Unité de coordination de la gestion des déchets solides (UCG), signe d’une maladresse dans la programmation du budget.
« La gestion des ordures est une affaire dynamique en termes de coût. Le coût du nettoiement est fonction de deux aspects. Premièrement, de l’inflation parce qu’on doit en tenir compte. Chaque année aussi, le tonnage à collecter augmente du fait de la croissance démographique. Le budget actuel est fixé depuis 2010 et il y’a eu un déficit en 2012. Aujourd’hui, nous sommes en 2017, ce qui fait six déficits cumulés », explique Issa.
Concernant les assurances de leur président Diop Sy qui avait déclaré que d’ici au mardi, tous les salaires allaient être payés, Issa Seck trouve que ce dernier devrait leur parler directement au lieu de le faire via la presse.
Sont concernés en effet 20 concessionnaires, plus de 2000 emplois directs, sans compter ceux indirects. Sur ce, ils interpellent le président Macky Sall ou le Premier ministre Mahammed Dionne pour que leur problème soit réglé.
Lundi 6 Novembre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :