GABON : Nouveau rebondissement dans l’histoire de la filiation d’Ali Bongo


GABON : Nouveau rebondissement dans l’histoire de la filiation d’Ali Bongo
De nouveaux éléments concernant les origines d'Ali Bongo sont parus dans la presse française. Depuis plusieurs années, le président gabonais est soupçonné, par une partie de l'opposition et par l'essayiste Pierre Péan, d'être d'origine biafraise et d'avoir été adopté par le défunt président Omar Bongo. A ce titre, la Constitution ne lui permettrait pas d'être candidat à une élection présidentielle. Ce vendredi matin, dans l'hebdomadaire Marianne, Pierre Péan revient sur cette affaire. Il évoque notamment la prétendue stérilité de Joséphine Bongo, qui a toujours été présentée comme la mère biologique d'Ali Bongo.

Pierre Péan affirme que Joséphine Bongo ne peut pas avoir d'enfant. Selon le journaliste, la supposée mère biologique d'Ali Bongo serait devenue stérile « suite à une fausse couche précoce ». L'article raconte qu'à la fin des années 70, Joséphine Bongo « enchaînait les consultations auprès de grands gynécologues français » pour se soigner. Elle se serait également rendue plusieurs fois à l'hôpital Hadassah de Jérusalem où exerçait un grand spécialiste de la stérilité, le professeur Joseph Schenker. Des voyages accompagnés par le ministre Louis-Gaston Mayila.

Le journaliste publie d'autres éléments qui selon lui discréditent Joséphine Bongo. D'après lui, elle aurait « accumulé les mensonges ». D'abord l'âge auquel elle aurait accouché d'Ali. Les actes de naissance du président gabonais actuel parlent du 9 février 1959. A l'époque, sa mère n'aurait eu que 14 ans.

Enfin, Pierre Péan produit un document qui d'après lui « mettrait à mal la biographie officielle de Joséphine Bongo ». Il s'agirait d'une copie de l'acte de mariage entre Joséphine et Omar Bongo. Sur cette feuille, elle déclare ne pas pouvoir signer l'acte de mariage. Elle l'aurait alors authentifié avec une empreinte de doigt.

Pierre Péan renvoie alors vers la fiche Wikipédia de Joséphine Bongo qui indique qu'elle avait « fait ses études primaires à l'école catholique de Brazzaville » où elle serait devenue institutrice. Contrairement à ce que raconte sa biographie officielle, Joséphine Bongo ne savait donc pas écrire. Reste à savoir si une fiche Wikipédia peut faire office de biographie officielle.
Vendredi 1 Juillet 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :