GABON : La présidente du Conseil constitutionnel et le patron du fisc dans la nasse

Certains officiels concernés par l’enquête ont transigé des millions de dollars à Montréal au milieu des années 2000. En 2014, le grand patron de l’impôt dans le pays s’est quant à lui acheté un condo de luxe, sans hypothèque.


GABON : La présidente du Conseil constitutionnel et le patron du fisc dans la nasse
Dans le Gabon des Bongo, certains dirigeants de sociétés d’État touchent des salaires de dizaines de milliers de dollars par mois. Résultat : les fonds ne manquent pas pour deux administrateurs publics, qui ont investi plus de 3 M$ dans un immeuble commercial de Griffintown, de 2003 à 2007. Il s'agit de Lin Mombo, président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes du Gabon et compagnon de Marie-Madeleine Mborantsuo, présidente du Conseil constitutionnel du Gabon, l'objet d’une enquête pour ses biens mal acquis en France.
En effet, les autorités françaises s’intéressent à cette transaction, car l’un des deux investisseurs est le conjoint de Marie-Madeleine Mborantsuo, mère de deux des enfants d’Omar Bongo, homme fort du pays pendant 50 ans.
Depuis 26 ans, elle est aussi présidente de la Cour constitutionnelle, tribunal suprême du pays. À ce titre, elle a validé en septembre la dernière réélection d’Ali Bongo, le fils de son ancien conjoint, après un scrutin hautement suspect, selon la Mission d’observation électorale en République gabonaise de l’Union européenne.
Tout comme l’élection qu’elle a confirmée, la fortune de Mborantsuo fait sourciller. Selon Le Canard enchaîné du 22 mars, les services de renseignement financiers français (Tracfin) ont découvert en 2014 que la juge avait fait «d’énormes retraits ou dépôts en espèces» dans une série de banques au Luxembourg, au Liban, à Monaco et... «au Canada».
Le Bureau d’enquête a repéré une compagnie qu’a enregistrée Mborantsuo au Québec en 2004, Faruka Immobilier inc. L’entreprise devait servir à acquérir des immeubles à Montréal, mais le projet ne s’est pas concrétisé.
Par contre, l’immeuble où Faruka avait ses bureaux, rue Wellington dans Griffintown, appartenait bien, lui, au compagnon de Mborantsuo, Lin Mombo, ainsi qu’à un ancien directeur des postes gabonaises devenu sénateur, Zéphirin Rayita. Ce vieil immeuble commercial de la rue Wellington, dans Griffintown, a appartenu de 2003 à 2007 à Lin Mombo, mari de la présidente de la Cour constitutionnelle du Gabon Marie-Madeleine Mborantsuo, et aujourd’hui patron de l’organisme de régulation des télécommunications au Gabon, ainsi qu’au sénateur Zéphirin Rayita, alors PDG de la poste gabonaise.

Le chef du fisc gabonais achète au comptant à L’Île-des-Sœurs

Le haut fonctionnaire qui dirige le fisc gabonais a acquis en 2014 un appartement de plus d’un demi-million de dollars dans une luxueuse tour du Chemin du Golf, à L’Île-des-Sœurs. Sans hypothèque.
Rien n’indique que des actifs de Joël Ogouma, directeur général des impôts, soient dans la mire
des autorités françaises. Mais à Paris, une telle transaction ne passerait pas inaperçue, de la part du patron des impôts au Gabon, un pays visé par les enquêtes sur les «biens mal acquis».
Mardi 6 Juin 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :