France : L'homme qui a logé Abaaoud reste en garde à vue


France : L'homme qui a logé Abaaoud reste en garde à vue
La garde à vue de l'homme qui a fourni un logement au djihadiste Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attentats de Paris qui ont fait 130 morts le 13 novembre, a été prolongée dimanche de manière exceptionnelle pour 24 heures, a annoncé le parquet de Paris.
Jawad Bendaoud, qui a fourni l'appartement dans un immeuble délabré du centre-ville de Saint-Denis, est en garde à vue depuis mercredi, jour où Abaaoud a été tué dans un assaut policier du Raid.

Après quatre jours, la garde à vue ne peut être prolongée sur décision d'un magistrat qu'en cas de risque d'une action terroriste imminente ou pour des questions de coopération internationale. Elle ne pourra aller au-delà de mardi.

Outre le Belgo-Marocain Abdelhamid Abaaoud, figure des djihadistes francophones du groupe Etat islamique et qui a eu un rôle dans plusieurs attentats ou projets, dont les attaques du 13 novembre, sa cousine Hasna Aitboulahcen et un troisième homme sont morts dans l'appartement, le dernier en kamikaze. Les enquêteurs ont réussi à isoler son ADN, mais celui-ci n'apparaît pas dans les fichiers de la police française.

Sept des huit personnes qui avaient été placées en garde à vue lors de l'assaut à Saint-Denis ont été relâchées samedi.

Juste avant son interpellation, Jawad Bendaoud avait raconté qu'"un ami" lui avait "demandé d'héberger deux de ses potes pour quelques jours", assurant ignorer qu'il s'agissait de "terroristes". "J'ai dit qu'il n'y avait pas de matelas, ils m'ont dit c'est pas grave, ils voulaient juste de l'eau et faire la prière. J'ai rappelé mon ami. Il m'a dit qu'ils venaient de Belgique."

Les enquêteurs, mis sur la piste de la cousine d'Abaaoud par un témoignage, pensent qu'elle a négocié avec Jawad Bendaoud ce logement de repli décrit comme un squat mais fermé par une porte blindée qui a partiellement résisté aux explosifs du Raid. Agé d'une trentaine d'années, Bendaoud a déjà été condamné pour "coups mortels" en 2008 à huit ans de prison, d'où il est sorti en 2013.

7sur7 avec AFP
 


Dimanche 22 Novembre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :