Fouettée par la police de la charia

Les coups de fouets pour réprimer les "actes immoraux" ont le vent en poupe à Aceh, la seule province d'Indonésie autorisée à appliquer la charia. Nurdin Hasan raconte une séance de fouettage à Banda Aceh, la capitale provinciale.


BANDA ACEH, Indonésie, 14 juillet, 2015 - La jeune femme s'effondre. Difficile de dire si elle s'est évanouie à cause des quatre coups de bâton de rotin ou du traumatisme d'être punie en public, devant une immense foule. La police de la charia l'évacue de la scène érigée à l'extérieur d'une mosquée dans le centre de Banda Aceh pour une séance publique de coups de fouet, après la prière du vendredi.


Elle n'est pas la seule. Cinq autres étudiants - tous célibataires, âgés de 18 à 23 ans - et une quadragénaire subissent le même traitement. La police de la charia les fait défiler devant la foule, tête baissée. Un homme met les mains sur son visage pour échapper aux regards et railleries.

Afp

Mardi 14 Juillet 2015




Dans la même rubrique :