Formation du nouveau Gouvernement : Ousmane Sonko l’assimile à un « cirque »


Le nouveau Gouvernement a été mis en place hier par le Premier ministre Mahammed Boun Dionne. Un nouvel attelage qui ne semble pas rencontrer l’appréciation positive du leader de Pastef. Pour Ousmane Sonko, ces remaniements présentés comme des moments importants de la Nation sont des non évènements, des cirques gouvernementaux.
Macky Sall selon, le Président de Pastef – les patriotes, a « mis un gouvernement politicien, non pas pour travailler et soulager les populations, mais pour décrocher ce deuxième mandat qui le hante tant ».
« Le peuple sénégalais (les jeunes en premier) doit comprendre une chose: ce n'est pas ce régime incompétent, inféodé et sans vision qui le fera émerger, encore moins développer, et ce ne sont pas ces jeux absurdes de distribution de postes ministériels qui y changeront » poursuivra t’il.
Sur la composition du Gouvernement, Ousmane Sonko surtout sur « l'exposé préliminaire » du PM entrant, de « relever la mauvaise fois manifeste du régime ».
Sur les secteurs du pétrole et des mines, pour lesquels il reproche une « mauvaise foi à Mouhamed Dionne», de rappeler que ces ministères existaient déjà et que ce n'est pas une nouveauté. Il poursuit en notant que Boun Dionne, sur le secteur de l’Industrie, semble comprendre que maintenant, l'importance de l'industrialisation dans le développement économique d'un pays et, nous annonce un ministère dédié.
« Cependant, dans tout le PSE, il n’y a de programme industriel en dehors du parc de Diamniadio devant abriter principalement des délocalisations occidentales. 64% des financements du PSE sont destinés au secteur tertiaire, aggravant du coup le paradoxe de notre structure économique semblable à celle des sociétés post-industrielles et notre sous développement chronique » assure t’il.
Ce n’est pas tout. Ousmane Sonko sur le ministère des infrastructures, d’accuser que les programmes infrastructurels de ce pays, en plus de l'inopportunité pour certains, servent de couverture pour les détournements et l'enrichissement illicite à travers les surfacturations et les dessous de table.
Pour finir sur le  ministère de l'emploi et l’organisation des élections, Sonko de s’interroger sur la possibilité de créer des postes alors que « 80% de notre économie est entre des mains étrangères, que votre monnaie vous tue, que tous les marchés publics sont attribués aux intérêts étrangers à des conditions préférentielles, des exonérations fiscales et la possibilité offerte d'importer leur main d'œuvre. »
 Enfin sur la question de l'organisation des élections, ce n'est pas la personne d’Ablaye Daouda Diallo qui est contestée mais son profil, indique Sonko.
« Il est membre et cadre de l'APR, donc partisan. Sous ce rapport, il n y a au aucune différence entre lui et Ali Ngouille. Pire, ce dernier est plus à récuser, vu ses faits d'arme dans les secteurs des mines, du pétrole et du gaz », conclut il.
Vendredi 8 Septembre 2017
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :