Football Leaks : les détails du magot caché de Mourinho

Football Leaks, c'est la nouvelle affaire qui ébranle le monde du football. Une enquête menée par Mediapart, notamment, révèle les détournements fiscaux des acteurs du football. Après Cristiano Ronaldo c'est au tour de José Mourinho.


Ce n’est que le début. Les journalistes de Mediapart avaient annoncé que les révélations sur Cristiano Ronaldo, seraient les premières d’une longue série. Et cette fois, c’est encore un Portugais, mais un entraîneur, qui est la cible : José Mourinho. Le technicien de Manchester United est la nouvelle victime de ces révélations. En juillet 2014, une lettre du fisc espagnol était arrivée chez les avocats du double vainqueur de la C1 et l’informait qu’une enquête sur ses impôts lorsqu’il entraînait le Real Madrid, entre 2010 et 2013 étaient menées. Les îles Vierges britanniques en Nouvelle-Zélande, et un compte en Suisse (Banque cantonale de Saint-Gall) étaient scrutés et un magot de 12 millions non déclaré au fisc avait été découvert.
Le Portugais avait alors écopé d’un redressement de 4,4 millions d’euros. Le site d’information en ligne revient sur l’argent gagné par le coach. En 2008, lorsqu’il arrive à l’Inter Milan (où il gagne sa deuxième C1 après Porto en 2004), il obtient un salaire annuel de 17,63 millions d’euros annuels, ensuite, il touche 14,9 millions d’euros à la Casa Blanca, il a alors accumulé 140 millions d’euros de salaires avant de rejoindre Manchester United où il touchera 46,5 millions d’euros sur trois ans. Sauf qu’au Real Madrid, le Special One s’était vu octroyer un bonus de 2,3 millions d’euros (droits à l’image), des primes largement moins taxées que les salaires et qu’il n’aurait pas déclarées au fisc.
Une société dissimulée

Mais Mourinho a été malin selon Mediapart. Il a créé, aux îles Vierges, une société baptisée Koper Services, qui étaient détenue par un trust en Nouvelle-Zélande, administré par des prête-noms qui cachaient l’entraîneur et sa famille. Les avocats du Mou avaient ainsi fait croire que cette société avait une activité réelle et avait d’importantes dépenses minimisant ses impôts. Sauf qu’en réalité, l’argent s’accumulait sur le compte de la société Koper pendant sept ans et il disposait de douze millions d’euros (les droits d’image qu’il ne déclarait pas) sur le compte de Koper en 2014 lors de l’arrivée de la lettre du fisc espagnol.
En outre, le site d’informations en ligne publie des documents attestant de la création de cette société et explique son fonctionnement. Après Cristiano Ronaldo et José Mourinho, qui sera la prochaine victime de ces révélations qui pourraient (devraient ?) être le début d’une longue affaire et de procès au pénal ? Nul ne le sait. Mais Football Leaks n’a pas fini de faire couler beaucoup d’encre et faire couler beaucoup de sueur sur ceux qui ont des choses à cacher et à se reprocher...
Dimanche 4 Décembre 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :