Fidji, Fulla ak Fayda

Les Îles Fidji viennent d’être sacrés champion olympique du Rugby à 7 devant tous les autres géants mondiaux. C’est un petit archipel pauvre de 18.270 km2 du Pacifique Sud ayant 900.000 habitants, indépendant du Royaume Uni depuis 1970 et qui dépend essentiellement du tourisme. Les Îes Fidji sont la 173e économie du monde (le Sénégal se classe mieux, 119e)


Fidji, Fulla ak Fayda
Le Rugby y est le sport national. On le joue dès le bas-âge avec des moyens rudimentaires : noix de coco et bouteilles recyclées. Le pays est classé au dixième rang mondial.
 
Quel est le secret de ce pays trois fois plus petit que Tambacounda pour toiser les meilleurs au monde et conquérir le titre olympique ? Fulla ak Fayda est la réponse.
 
Ne se limtant pas seulement au travail acharné, le pays est allé chercher un manager de classe mondiale et lui a assigné un objectif sans détour : remporter la médialle olympique ou rentrer chez soi. C’est Ben Ryan, le technicien anglais, qui résume lui-même la situation :
 
« Le Premier ministre, Franck Bainimarama, me dit que j’ai le choix, après les JO : soit nous gagnons et je rentre faire la fête aux Fidji soit je rentre directement en Angleterre. »
 
Travail acharné, encadrement compétent, objectif précis à atteindre ou démission. Voilà la potion magique fidjéenne. Et du sport de haut niveau moderne. Tous ceux qui n’en boivent pas seront juste de piètres figurants, frustrés et frustrants. Comme nous.


melentane.sn
Mardi 16 Août 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :