Fatoumata Niang, présidente de l'Udes/R : " Le Dialogue entre le pouvoir et l'opposition appelé par le président est nécessaire dans la mesure où il tend à apaiser le climat politique national "


Fatoumata Niang, présidente de l'Udes/R : " Le Dialogue entre le pouvoir et l'opposition appelé par le président est nécessaire dans la mesure où il tend à apaiser le climat politique national "

Dialogue

Le dialogue entre les partis d’opposition et le pouvoir incarné par le Président de la République, Macky Sall, est non seulement opportun, mais nécessaire. C’est la seule voie qui permet de trouver des consensus nationaux forts par la prise en compte, autant que faire se peut, de l’avis de la minorité opposante par la majorité, régnante, sur les questions qui intéressent toute la Nation. Ce dialogue requiert :

la connaissance, la reconnaissance et la compréhension, par chaque partie, de son statut, de celui de l’autre et de leurs implications respectives ;

l’identification préalable des questions précises devant faire l’objet d’un dialogue ;

la confiance et la présomption de bonne foi à accorder à chaque partie quant à sa volonté d’œuvrer pour le bien-être de la communauté, en dehors de toute considération partisane.

Le dialogue, tel que préconisé par le Président de la République, a pour vocation à apaiser le climat national, à clarifier les règles du jeu pour éviter toutes contestations futures, à asseoir les bases consensuelles d’une gestion des affaires de la Cité dans le respect des droits et des devoirs de toutes les familles d’acteurs.

 

Sénégal /Gambie


Le Sénégal et la Gambie sont deux pays souverains même si l’histoire et la géographie les appellent à une nécessaire et forcée collaboration. De ce fait, et au vu de leurs spécificités, chacun de ces deux pays doit, impérativement, prendre en compte les impacts de ses décisions sur l’autre pays pour préserver l’entente et la solidarité entre les peuples.

Malgré tout, et pour sa part, le Sénégal se doit de veiller à la libre circulation de ses populations sur toute l’étendue de son territoire, seul gage de sa cohésion nationale. L’enclave gambienne ne doit pas constituer un frein en cela. C’est pourquoi tout en préservant ses relations de bon voisinage et de coopération avec la gambie, le Sénégal doit investir dans des infrastructures permettant d’accéder au sud du pays sans dépendre des desiderata de ses voisins. Une autoroute « ILA CASAMANCE » nous semble être d’une impérieuse nécessité.

Jeudi 19 Mai 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :