FRAUDE SUR DES TRANSFERTS A L’OM : Les juges français débusquent une mafia autour de Souleymane Diawara

Libération écrivait à la suite du «Canard enchaîné» que l’international sénégalais Souleymane Diawara était au cœur de l’enquête judiciaire sur les transferts frauduleux à l’Olympique de Marseille (club de ligue 1 française). Les policiers en charge de l’enquête ont effectivement découvert l’existence d’une vraie mafia autour de Souleymane Diawara dont l’audition est déjà calée.


FRAUDE SUR DES TRANSFERTS A L’OM : Les juges français débusquent une mafia autour de Souleymane Diawara

Déjà mis en examen dans une affaire d’extorsion de fonds, l’international sénégalais Souleymane Diawara sera effectivement entendu dans les prochains jours par la Justice française dans le cadre de l’enquête sur la fraude sur les transferts à l’Olympique de Marseille.
Comme nous l’écrivions, son nom apparaît dans l’affaire de fraude sur les transferts qui secouent ce club de ligue 1 française à la suite d’une opération qui porte sur 3,1 millions d’euros. Selon les enquêteurs, ce montant a été volé le 16 novembre 2011 après la prolongation du contrat de Diawara.
«Le Canard enchaîné» révélait déjà dans son édition de mercredi dernier que 64 millions d’euros ont été volés à l’OM grâce à un système frauduleux pisté, aujourd’hui, par la Justice française qui avait entendu, sous le régime de la garde à vue, plusieurs anciens dirigeants du club dont le Sénégalais Pape Diouf, libéré sans qu’aucune charge ne soit retenue contre lui.
Des informations supplémentaires attestent que les policiers de la brigade financière ont découvert l’existence d’un système mafieux qui gravitaient autour du défenseur. Dans sa livraison d’hier, ce journal est revenu à la charge pour écrire que le salaire de Diawara avait bondit de 100.000 à 170.000 euros lorsqu’il quitte Bordeaux pour Marseille en 2010. Il se trouve que l’agent de Diawara a été écarté dans cette opération qui a injustement profité à des intermédiaires qui se sont partagés en toute illégalité 700.000 euros.
Pire, Diawara lui-même a bénéficié de cette mafia puisque son contrat a été prolongé le 16 novembre 2011 pour dix huit mois avec une augmentation de 60.000 euros. Une absurdité puisque son contrat initial n’expirait qu’en 2013, pour dire qu’il était encore en vigueur au moment où il était... prolongé ! 205.500 euros ont été subtilisés après cette transaction opaque qui risque de lui créer encore des soucis.
Pour rappel, le nom de l’international Sénégalais, Mamadou Niang est aussi apparu dans le dossier remis au juge Cotelle par les enquêteurs de la brigade financière. En effet, 5,3 millions de F CFA ont été volés lors des deux opérations le concernant. La première date du 18 août 2009 et correspond à sa deuxième prolongation du contrat à l’OM. Selon un document des enquêteurs, consulté par Libération, la somme d’1,9 million d’euros s’est évaporée lors de cette prolongation. La deuxième transaction a eu lieu le 10 août 2010 lors du transfert de Niang à Fenerbahçe (Turquie). Le même document remis au juge évoque un préjudice de 3,4 millions d’euros.

Lundi 23 Mai 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :