FRANCE/Régionales 2015 : le Front national grand vainqueur du premier tour, Marine Le Pen largement en tête avec une fourchette entre 40,3% et 42,1% des suffrages

Les premières estimations à la sortie des urnes donnent le Front national en position de premier parti de France à l'issue de ce premier tour des élections régionales 2015, avec près de 30% des voix.


FRANCE/Régionales 2015 : le Front national grand vainqueur du premier tour, Marine Le Pen largement en tête avec une fourchette entre 40,3% et 42,1% des suffrages
Les Français se sont davantage mobilisés qu'en 2010. Mais l'abstention s'élève tout de même à 50,7% selon les premières estimations de l'Ifop (53,6% en 2010). Pour ces régionales 2015, les dernières élections avant la prochaine présidentielle, les premières estimations à la sortie des urnes place le Front national en tête du scrutin, confirmant les tendances des sondages publiés ces derniers jours. 
Les instituts Ifop et Opinion Way placent tous deux le parti de Marine Le Pen en tête, aux alentours de 30% des suffrages exprimés. Le parti frontiste enregistre ainsi une forte progression par rapport au premier tour des départementales, au cours desquelles il avait recueilli près de 25% des voix. Suit le parti Les Républicains, à près de 27%, et le Parti socialiste, attendu à environ 23%. Les listes Front de gauche et EELV dépasseraient les 10,5%. Opinion Way place le parti de Jean-Luc Mélenchon à 4,1%, contre 6,5% pour Europe-Ecologie-Les Verts.  

Les Le Pen loin devant

Parmi les régions qui ont obtenu le plus fort taux de participation, on retrouve notamment celles où le Front national a les moyens de l'emporter au second tour. Le parti arriverait en tête dans six régions au premier tour. Les regards étaient particulièrement tournés ce dimanche vers les régions Nord-Pas-de-Calais-Picardie, où se présente Marine Le Pen, et Provence-Alpes-Côte-d'Azur, avec Marion Maréchal Le Pen. Toutes deux ont confirmé leur capacité à sortir vainqueurs dans leurs régions respectives. Les estimations donnent les deux figures du Front national à plus de 40%.  
Dans le nord, Marine Le Pen se trouve même créditée d'un score de 43%, loin devant Xavier Bertrand (23%) et Pierre de Saintignon, le candidat socialiste (18%). 
En PACA, la situation est sensiblement proche. Les sondeurs placent Marion Maréchal Le Pen entre 41,2% et 41,9%, des voix, devant la droite (24 à 26%) et le parti socialiste (15,8 à 18,1%). 

La gauche n'a pas décollé

François Hollande s'est détourné de la campagne. Qu'importe, ces premières estimations révèlent un véritable camouflet pour la gauche. Depuis 2012, le Parti socialiste accumule les contre-performances. Au global, les estimations donnent ce dimanche le PS un peu plus haut que lors du premier tour des départementales.  

Le parti socialiste devra donc se contenter des résultats obtenus notamment en Bretagne, où le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian est crédité de 34,7% des voix, devant le candidat Les Républicains Marc Le Fur (22,4%) et Gilles Pennelle, le candidat frontiste (16%). 

Face au FN, la fusion des listes?

Reste à savoir quelle stratégie vont adopter les dirigeants du Parti socialiste et du parti Les Républicains. La consigne sera-t-elle donnée de fusionner les listes, pour barrer la route au FN? A gauche, l'hypothèse a plusieurs fois été évoquée, jusqu'au plus haut niveau de l'Etat. Le 12 novembre, Manuel Valls expliquait sur la chaîne Public Sénat que la question "se posera". Lors du bureau national exceptionnel convoqué à 21h30 rue de Solférino, les dirigeants du PS aborderont à coup sûr ce sujet brûlant. Faut-il maintenir la liste en cas de triangulaire? Le choix ne sera peut-être pas national. Il dépendra sans doute de la position et surtout de l'avance du Front national dans telle ou telle région. Dans celles où les scores sont serrés, la fusion des listes PS et écologiste pourrait en effet permettre à la gauche de coiffer l'alliance de droite au poteau. 

A droite, Nicolas Sarkozy s'est montré beaucoup plus catégorique. Mercredi, à Orléans, il assurait qu"il n'accepterait "jamais une fusion des listes qui laisserait à penser que pour sauver un siège on est capable de laisser au FN le monopole de l'alternance au socialisme", rapportait notamment BFMTV. Une voie royale pour le Front national?
Dimanche 6 Décembre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :