FATICK, CAPITALE DU SÉNÉGAL POUR 3 JOURS : Comptes et mécomptes d’une visite Présidentielle


Le Président Macky Sall arrivé à Fatick mardi dernier disait « Fatick est en ce moment la capitale du Sénégal, car tout le Gouvernement est ici ». A ce titre, la capitale du Sine a vu tous les projecteurs se braquer sur elle. Ce vendredi, le calme est revenu. Fatick est redevenue Fatick… une région du Sénégal, l’une des plus pauvres  et des moins habitées (pour reprendre en partie le Premier Ministre). La visite présidentielle terminée, s’imposent les comptes et … les mécomptes.

Fatick aura vu son souffle retenu par beaucoup d’événements. Evénements que sont les inaugurations d’infrastructures, les discours politiques les plus inattendus, les bagarres entre militants provoquant mort d’homme et les à-côté qui ont failli échapper à la vigilance. Retour sur une visite pas comme les autres....
 

Revigoration d’une ville qui a enfanté un Chef d’Etat

Fatick aura été traitée de pauvre, d’oubliée. Pourtant, elle a vu naître un Chef d’Etat, deux ex-premiers ministres, des ministres, des directeurs généraux etc…Suffisant pour penser que c’est le débat de la fin de la misère. En effet, les Fatickois comptent bien voir le visage de leur localité changer. Le Président Macky Sall a donné le ton en achevant le centre hospitalier avec 5 milliards supplémentaires, en construisant un hôtel de ville qui  fascine avec sa belle stature, en édifiant un centre culturel que longe un «  boulevard Macky Sall » bien éclairé et en offrant, avec l’appui de la Corée, un port flambant neuf à Foundiougne.  L’école qui a vu le Chef de l’Etat apprendre l’alphabet à Fatick-commune a été rénové. La région s’est aussi dotée de nouvelles routes et d’une promesse d’enveloppe de 246 milliards de francs. Autrement dit, l’espoir renaît.
 

Retour au bercail forcé des responsables

Cette visite présidentielle aura aussi permis à Fatick, Gossas, Foundiougne de retrouver, de gré ou de force , ces fils qui les ont quittées et qui n’y viennent que lors des fêtes religieuses ( Tabaski et Korité). Fatick a ainsi retrouvé son plus célèbre fils, le Président Mack Sall. Il en est de même pour les autres responsables politiques de cette localité. Fatick a renoué avec Sitor Ndour, Matar Bâ,  Sory Kaba, Cheikh Kanté, Thérèse Faye…pour ne citer que ceux-là. Toutefois, c’est Gossas qui s’est le plus ragaillardi en recevant Mouhamed Boun Abadallah Dione,  son frère et député Cheikh Diop Dionne et Mimi Touré. Les deux premiers ministres et le député, originaires de cette localité ont la réputation regrettable de venir rarement en terre ancestrale. Pour deux d’entre eux, il n’a jamais été question de passer la tabaski ou la korité en famille. « Regrettable ! » s’est exclamé un Gossassois en marge du forum économique organisé et présidé mercredi par le Chef de l’Etat. Pour le Président du conseil départemental de Foundiougne, il  s’est agi d’un aveu de taille devant le Président de la République. Moustapha Mbaye, puisque c’est de lui qu’il s’agit ne s’est pas gêné de dire : «  mes fils ne peuvent pas rester dans mon village parce qu’il n’y a pas d’électricité. C’est pourquoi, la dernière fois, je suis vite rentré à Dakar parce qu’ils se plaignaient trop ».
 

Les mécomptes d’une visite

La mort de ce jeune garçon, que les responsables ont voulu vainement étouffer, aura été  sans doute, l’événement  qui a le plus été déploré. L’information est confirmée à la presse par Sory Kaba qui a déploré un tel drame . La victime a perdu la vie à la suite d’une bagarre l’ayant opposé à un des camarades de parti et avec qui il ne partageait pas la même tendance. Ce drame a beaucoup affecté le chef de l’Etat qui a, tout de suite, pris ses distances avec ses responsables politiques. L’autre regret a été celui-là exprimé par des candidats au bac au niveau du lycée Coumba Ndoffène Diouf de Fatick. A cause des barrières installées dans tous es coins de rue et du bruit sonore fortement accru provenant des véhicules d’animation, ils ont été dérangés et même agressés. «  A cause de ces barrières, nous  faisons des contournements énormes et venons  toujours en retard. Le bruit nous a aussi causé énormément de torts », nous confie une candidate sous le contrôle de ses amies.
 

Les à-côté

A Fatick , ceux qui attendaient une mobilisation exceptionnelle, tout simplement parce que le Chef de l’Etat est originaire de cette ville, ont vite déchanté. Diourbel, Kaolack et même Kaffrine lui ont ravi la vedette. La presse qui est venue moins nombreuse n’est pas tombée dans le panneau face aux multiples déclarations des responsables de la localité faisant état de grosses mobilisations. Autre chose à noter : ce monsieur arrêté dans un campement en train du fumer du chanvre indien, alors qu’il n’est pas n’importe qui. Sur le plan économique, les dibiteries ont fait de bonnes affaires. Le kilogramme de viande grillée qui coûtait 4 000 francs a été revu à la hausse pour être vendu à 5 000 francs.


Vendredi 24 Juillet 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :