Extraits du discours de Macky Sall à l’anniversaire de l’APR : Ces clins d’œil appuyés aux opposants modérés...


Extraits du discours de Macky Sall à l’anniversaire de l’APR : Ces clins d’œil appuyés aux opposants modérés...
« Faire face à tous ces enjeux et défis cités suppose naturellement la mise en place d’une politique de vaste rassemblement qui implique toutes les forces politiques, sociales, citoyennes, ainsi que toutes les personnalités de bon conseil qui partagent avec nous les mêmes ambitions pour le Sénégal. Il nous faut de l’ouverture envers les autres. Les élections se trouvent derrière nous et quel que soit ce qui a pu nous opposer, il nous faut regarder vers l’avenir et construire le Sénégal dans l’unité. Ce n’est pas nier l’existence des cadres existants et le pacte qui nous lie à nos alliés. Mais au-delà, nous voulons construire un large rassemblement. ».

« Je l’ai dit et j’y crois sincèrement, on ne peut pas gouverner un pays sans un consensus durable, condition nécessaire à la construction d’un Sénégal émergent, dans une démocratie épanouie et une République aux institutions fortes, incarnées par des hommes et des femmes de valeur ».

Souvenirs poétiques dans les royaumes d’enfance de l’APR...

« J’ai souvenance des nuits passées entre Fonfolimbi et Toumania, entre Monts et Vallées, en allant vers Kédougou. Je frémis encore sous le souffle rassurant des prières de nos différents khalifes et guides religieux à travers le Sénégal. Comment oublier l’effervescence des meetings du Fuuta Tooro, du Lawré, du Yirlabé, du Bosséa, du Nguénar et du Damga, ses populations que la chaleur n’a pas pu décourager, convaincues qu’elles étaient, que l’Apr était une source apaisante ».

« Demeurent encore présentes dans mon esprit, les pauses et haltes sous les manguiers de Oussouye. J’entends encore d’ici, les belles mélodies galvanisantes de Ngoyanes à Medina Sabah pendant la conquête du Saloum. Que de bons souvenirs donc dans les profondeurs du Cassa, du Fogny, du Fouladou, du Baol, du Ndiambour, du Cayor, du Fouta, de Dakar, Thiès, Diourbel, Tambacounda, Diourbel, Louga, Kaolack, Kaffrine, Dakar et le Cap-Vert ».

Ces compagnons des moments difficiles...

« Vous avez tenu bon, car peu de gens avaient intégré dans leurs plans cette donne centrale : les hommes et les femmes qui avaient adhéré à l’Apr disposaient d’un moral à toute épreuve ».

« Notre âge traduit une jeunesse faite de doutes, de faiblesses parfois fragilisantes, mais les charges que nous assumons commandent une grande maturité dans l'œuvre de développement du Sénégal. A peine nés, nous avons été soumis aux obligations et aux responsabilités qui incombent à un parti au pouvoir, avec les lourdes responsabilités que cela implique. Il nous faut donc être à la hauteur des espoirs placés en nous, chers camarades».

« Vous avez tenu bon, car vous, Jeunes de l’Apr, vous, Femmes de l’Apr, Vous, étudiants, Cadres, militants de notre parti, vous avez élargi nos bases, tant dans les villes, dans les campagnes que dans la Diaspora, pour faire de l’Apr ce qu’elle est devenue aujourd’hui. «Femmes, Jeunes, Cadres, militants de l’Apr, je vous dis gacce ngaalaama».

Autres morceaux choisis.

« Le combat politique n’a de sens que s’il conduit à la satisfaction des besoins des populations et à la consolidation de la Nation. Une foi l’impératif de légitimité satisfait, l’impératif majeur auquel il convient de faire face, c’est la performance.

« D’ailleurs, les défis à relever à ce niveau sont si colossaux, qu’il n’est possible de vaincre que dans le rassemblement, l’unité et la cohésion ».

« Chers camarades, malgré un héritage lourd fait d’un déficit budgétaire important, de même qu’un service de la dette très handicapant, nous nous sommes engagés, dès notre arrivée au pouvoir, à entreprendre une politique volontariste de soutien et de protection des couches vulnérables ». « Ces mesures sociales s’accompagnent de la promotion d’instruments fondamentaux d’impulsion d’une politique vigoureuse de promotion des PME et PMI à savoir : le FONSIS, le FONGIP, la BNDE et la Caisse de Dépôts et de Consignations (CDC). »

« Le Plan Sénégal émergent, qui est la phase d’accélération de notre SNDES, est fondée sur une mobilisation des efforts d’investissement autour des secteurs clés tels l’Agriculture, le Tourisme, l’Energie, l’Industrie, les Infrastructures, l’Habitat social ».
Dimanche 1 Décembre 2013




1.Posté par Tapha le 02/12/2013 07:48
Monsieur le Président moi j'ai vote pour vous et j'ai fait voter mes proches et amis pour vous, parce que je vous ai croisé dans ma vie et je connais vos qualités. Je n'ai jamais mis les pieds dans un parti politique. J'a voté pour vous pour que vous changiez notre pays, pour rompre d'avec les pratiques du passé. Pas pour faire revenir le Pds et ses alliés au pouvoir. Il faut donner un sens au choix des électeurs. C'est cela la democratie. Ce n'est pas parce que "les elections sont derriere nous" que vous devez penser pouvoir mettre une croix sur le message que nous vous avions adressé le 25 mars 2012. Dans une democratie saine il faut que les opposants aient le courage de traverser le desert de l'opposition et que le Pouvoir ait le courage de ses choix.
Le Pds a fini par vous faire croire que "le pays ne marche" et que "tout est bloque" . Monsieur le President, Vous etes tombe dans le piège. Seydou Gueye a bien compris cela.
Tout le monde sait qu'un gouvernement de large ouverture cela n'a marche nulle part. C'est une mascarade. C'est juste un moyen de "partager le gateau" et un moyen pour le Pouvoir de se donner un moment de répit sur le dos des électeurs.



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016