Exploitation du pétrole : ONFP anticipe sur l’avenir du Sénégal « Nous allons formés 2000 jeunes sur les métiers du pétrole et du gaz» Sanoussi Diakité

En partant de la série de découverte des gisements de gaz et du pétrole au Sénégal, l’Office national de Formation professionnelle (ONFP) semble anticiper sur la gestion et l’exploitation des ressources naturelles. La structure ambitionne de former 2 000 demandeurs d’emploi dans ces métiers dits de l’avenir.


Exploitation du pétrole : ONFP anticipe sur l’avenir du Sénégal « Nous allons formés 2000 jeunes sur les métiers du pétrole et du gaz» Sanoussi Diakité
Dans un entretien avec Dakar Actu, le Directeur général de l’ONFP, Sanoussi Diakité explique « qu’il s’agit de doter les travailleurs, demandeurs d’emploi d’une qualification qui leur permet où qu’ils soient dans le monde d’occuper un emploi ou exercer une activité professionnelle dans les normes. Nous, nous intéressons chaque jour aux métiers, activités professionnelles, des branches professionnelles. Nous, nous intéressons aussi bien dans le secteur des mines, de l’agroalimentaire du commerce, des auxiliaires du transport que toutes les branches professionnelles…».

Poursuivant ses explications Sanoussi Diakité estime que : «  le pétrole  est un secteur porteur d’emploi avec la découverte du pétrole et du gaz au Sénégal. Il y a lieu  de préparer la main d’œuvre pour que, ce que ces gisements vont apporter à notre pays  puisse rentrer dans notre économie par  le biais de la main d’œuvre qui y travaille. Si c’est des étrangers qui viennent exploiter, l’Etat va avoir ce qu’il doit avoir mais l’activité ne va pas rentrer dans l’économie du Sénégal. Donc, à partir du moment où la main d’œuvre qui travaille dans le secteur pétrolier est sénégalaise, le revenu de chacun va permettre de faire vivre d’autres industries, d’autres secteurs.

Seulement, pour que cette main d’œuvre puisse travailler dans ce secteur porteur il faudrait qu’on ait la compétence pour le faire. C’est justement le travail de l’ONFP qui consiste à identifier des créneaux porteurs pour former les demandeurs d’emploi, jeunes et autres travailleurs pour améliorer leur employabilité et leur productivité au travail par la qualification professionnelle. La formation des demandeurs d’emploi dans le secteur pétrolier concerne plusieurs niveaux qui vont de l’exploitation à la distribution en passant par la production et la transformation.

L’ONFP a décidé de se positionner dans la chaine de distributionen lançant la formation de 2000 demandeurs d’emploi sur les métiers porteurs du pétrole et du gaz. Il s’agira de former : des graisseurs, des laveurs, des pompistes et des gardiens de sites pétroliers et gaziers. C’est dire qu’on apprend à comprendre les enjeux, les appréhender et à les traiter».

Le  manque de qualification une atteintes aux objectifs du PSE.

Dans un cotexte ou le dernier rapport de la banque mondiale  insistait sur l’éducation des jeunes et adultes en Afrique de l’Ouest surtout au  Sénégal et  en Côte d’Ivoire, deux pays   en voie d’émergence, le Directeur général de l’ONFP établit un rapport sur le manque de qualification qui peut impacter sur les atteintes des objectifs du plan Sénégal émergent. « Ce que le rapport de la banque mondiale a dit c’est qu’il y a des efforts en Afrique Subsaharienne en matière de croissance.Le rapport alerte  aussi sur le fait  que cette croissance pour qu’elle soit durable, il faudrait qu’elle soit soutenue par une population ayant les compétences de base. Sans compétence de base la croissance ne sera pas inclusive.

C’est pourquoi, nous appliquons cette politique du chef de l’Etat qui dit qu’il faut mettre sur le marché du travail de la main d’œuvre qualifiée ayant de la compétence requise.  Cela permet à la fois d’agir sur la croissance économique et de bénéficier des fruits de la croissance économique. L’entreprise pour qu’elle puisse vivre,  nous sommes obligés d’utiliser de la main d’œuvre qualifiée. Et c’est clairement dit. Un des défis à relever pour atteindre l’émergence, c’est le capital humain (axe stratégique 2 du PSE). Le capital humain c’est vous et nous qui travaillons pour le Sénégal et qui contribuons à son développement économique. Si on manque de qualification, on manquera de qualité de travail. 

Par conséquent, si on manque de qualité de travail, on manquera de productivité.  Et si on n’a pas la productivité, on n’a pas la croissance. C’est pourquoi, les offres de formation doivent être en adéquation avec les besoins du marché de l’emploi et celui des entreprises ». Eu égard à la prolifération des instituts de formation et d’enseignement privé, notre interlocuteur a invité les parents d’élèves à bien  identifier les perspectives d’emploi dans le marché du travail avant d’inscrire leurs fils à  une quelconque formation diplomate, afin de faciliter son insertion… 
Samedi 21 Octobre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :