Exploitation des Carrières de Niague-Lac rose par l’entreprise Sobamo Tp : Toute la vérité sur les dessous de l’agitation d’un groupuscule d’individus


Derrière le tollé suscité par l’exploitation des carrières par l’entreprise Sobamo Tp, se cachent des forces tapies dans l’ombre et qui cherchent à manipuler l’opinion et au meilleur descas, à influer sur la décision que devront prendre, prochainement, les autorités étatiques, à travers un Rapport en cours de finalisation.

Actusen.com a appris de sources généralement sûres, que tout est parti de la décision d’un compatriote sénégalais, ayant fait 23 ans au Gabon dans l’exploitation des Carrières, et qui, un jour, a tout abandonné au pays d’Aly Bongo, pour venir investir dans son pays. Et ce, après qu’au détour d’une audience au Palais, le Président de la République lui a demandé de rentrer au Sénégal faire ce qu’il a fait pendant plus de deux décennies au Gabon.

Comment le Président Macky Sall a-t-il demandé en 2013 au Dg de Sobamo Tp, au détour d’une audience, de rentrer au Sénégal et de quitter le Gabon après y avoir séjourné 23 durant en exploitant des Carrières

Au sortir de cette audience avec le Chef de l’Etat, Abdou Khadre Mbaye, Directeur général de Sobamo Tp, s’atèlera, alors, aux documents administratifs devant l’autoriser à exploiter les carrières de Niagues. Pour ce faire, il se tapa un permis de construction de six mois renouvelable en bonne et due forme aussi bien auprès de la Direction des Eaux et Forêts sur 27 hectares, qu’auprès de la Direction des Mines et de la Géologie.

Mieux, selon toujours les sources de Actusen.com, la Société Sobamo Tp avait, par la suite, pris langue avec les populations de Niagues Peulh, Niagues Ouolof et s’entend avec elles pour le démarrage de l’exploitation di site. A cet effet, un protocole d’accord avec les chefs de villages et les dirigeants des Associations sportives et culturelles des localités susmentionnées a été signé. Mais aussi invraisemblable que cela puisse paraître, c’est au moment où il s’attend au renouvellement de son autorisation d’exploitation que des forces, inspirées par on ne sait pas qui, commencent à crier au scandale sur tous les toits. Non sans inventer toutes sortes de péchés qu’elles tentent de mettre sur la tête du Dg de Sobamo Tp.

Fait bizarre dans la levée de boucliers contre Sobamo Tp : pendant cinq ans, on a exploité les Carrières de Niagues, sans séisme ni onde de choc

Dans cette activité intense de porter-presse, les activistes, un groupuscule d’individus-puisque les populations ont donné leur onction et commençaient à tirer leur épingle du jeu avec à la clé, la création de dizaines d’employés par Sobamo Tp- disent que ladite entreprise détruit le lac rose, coupe les filaos et porte atteinte à la mer. Pour ce faire, ils draguent la presse, où ils affirment, pompeusement, l’idée selon laquelle l’exploitation des Carrières incriminées constitue un potentiel danger.

Or, quand les activistes soutiennent, mordicus, que la mer est menacée par les activités de Sobamo Tp, rien n’est plus faux. Car la mer est protégée par deux bandes de filaos. A cela s’ajoute un autre fait troublant et qui garde tout son pesant d’or. En effet, une exploitation de carrière qui appartiendrait à l’actuel maire de Niagues-Lac rose, s’est déroulée pendant presque cinq ans, sur le même site, sans que nul n’ait levé, à un seul moment, le plus petit doigt.

Le rêve des activistes : brûler tout le travail des Ministères de l’Environnement et de l’Industrie et des Mines

Et puis, en s’érigeant en boucliers contre la poursuite des activités de Sobamo Tp, c’est le travail effectué par les Services du Ministère de l’Environnement et ceux du Ministère de l’Industrie et des Mines qui ont donné un quitus à Sobamo Tp pour exploitation du site que tente de dynamiter cette poignée d’individus. C’est pourquoi il serait surréaliste que le Rapport attendu, d’un instant à l’autre, puisse donner raison aux activistes sur le site.

D’ailleurs, les populations de la localité, qui tirent profit de l’exploitation du site par Sobamo, vont, incessamment, faire une sortie publique, a appris Actusen.com de sources dignes de foi, pour non seulement se démarquer de ce groupuscule d’agitateurs, mais aussi apporter leur soutien au promoteur, par le biais duquel elles parvenaient à trouver leur gagne-pain.

Bataille judiciaire entre Sobamo Tp et l’Hôtel de Niagues

Derrière le tollé suscité par l’affaire Sobamo Tp, se cache une bataille féroce entre l’entreprise Sobamo et l’hôtel d’un Libanais installé dans les parages. D’ailleurs, la Société Sobamo Tp a même servi une sommation interpellative à Amadou Diouf Bocoum, gérant dudit hôtel. Motif invoqué : ce dernier est suspecté d’avoir accusé l’entreprise Sobamo Tp d’être responsable de l’incendie qui a frappé l’hôtel. Mais à peine a-t-il reçu la sommation interpellative que Amadou Diouf Bocoum a nié les faits à lui reproché. “Je n’ai indexé personne”, a-t-il invoqué dans sa réponse.

Actusen.com
Mardi 19 Janvier 2016
Dakaractu




1.Posté par gueva le 20/01/2016 10:56
article nul !!!



Dans la même rubrique :