Exploitation de l’or de Sabodala : A qui profite le crime ? Accusés levez-vous !


Exploitation de l’or de Sabodala : A qui profite le crime ? Accusés levez-vous !
A la lecture des rapports annuels produits par Teranga Gold Corporation et disponibles sur internet, il y a lieu de se demander si l’Etat du Sénégal joue vraiment la carte de  la transparence dans cette affaire. L’Etat ayant reçu de la société minière, durant les trois dernières années pas moins de 84 Milliards F CFA. Alors qu'aujourd’hui les routes Kédougou/Dialacoto et les pistes Kédougou/Salémata, Bembou/Sabodola sont les plus mauvaises du pays. La piste Bembou/Sabodola, la route qui mène à l’or, longue seulement de 70 Km fait honte à voir. Les villages bordant cette route très fréquentée vivent le calvaire à cause de la poussière soulevée par les voitures. Dans ces villages « on n’ose pas manger au dehors et quand on parle il faut protéger sa bouche, sinon vous avalez la poussière », ironise Petit Mady. C’est faire un mauvais procès à Teranga Gold que de dire qu’ils ne font rien. C’est au gouvernement du Sénégal qu’il faut demander des comptes. A l’heure du bilan de la première phase du PUDC, dont l’objectif est de transformer les conditions de vie des populations et de  lutter contre les inégalités sociales. Les résultats livrés après la première phase sont satisfaisants. Concernant les séries 1 et 2, un linéaire de 675,33 Km de pistes est en chantier sur un objectif de 790,81 Km ; 420,09 Km sont en cours avec des niveaux d’avancement respectifs de 60 % dans la zone sud (régions de Kaolack, Fatick, Kaffrine, Thiès, Sédhiou, Kolda) et 90 % dans la zone nord (régions de Matam, Saint-Louis, Louga et Diourbel). Un linéaire de 255,24 Km est achevé et ouvert à la circulation. Le linéaire de 115,5 Km restant est intégré dans la série 3 dont les travaux démarrent cette année. Il est opportun de se demander combien de forages et de pistes ont été réalisés à Kédougou pour transformer les conditions de vie des populations. Qu’es-ce qui est fait à Kédougou?   Le gouvernement du Sénégal n’est pas le seul au banc des accusés. En plus de l’Etat du Sénégal, et après trois années, la société a versé à la Direction des mines et de la géologie et au ministère de l’environnement plus d’un milliard de F CFA , 1 Milliard 148 592 600 F CFA très exactement, en guise d’appui reparti ainsi qu’il suit : Direction des mines 641 832 600 F CFA ; Ministère de l’environnement 266 160 000  F CFA et la Direction des Eaux et Forêts 240 600 000 F CFA. Appui ? Pour la société « Cet apport a pour but de compenser les effets de nos activités sur la charge de travail de la Direction, et de renforcer les capacités du Ministère.» Compenser les effets de leurs activités en quoi faisant ? Il serait également opportun de se demander l’utilisation qui est faite de cet argent. Le Ministre de l’Energie et des Mines a dit sur un plateau de télé sur la mine de Sabadola qu’il n’a " pas peur d'être poursuivi en justice, car je sais ce que je fais". Lui devrait savoir. Lui qui devait être à Saraya aux côtés du Ministre de l’intérieur et de celui du budget, lors des derniers événements de Khossanto. Et pourtant l’Etat du Sénégal attend encore plus de Teranga Gold car « l’Etat attend de recevoir, chaque année, “entre 50 et 60 milliards de FCFA” de l’entreprise Sabodola.» La confidence est du Ministre de l’Energie et des Mines : “En 2013, nous avons également discuté avec Sabodala pour qu’à chaque fois qu’ils font une découverte, l’Etat du Sénégal reçoive un chèque”, a-t-il rappelé, ajoutant que cette année, l’Etat a déjà encaissé un chèque de 2, 5 milliards de FCFA, parce qu’une nouvelle découverte a été faite. Aly Ngouille Ndiaye, qui a précisé que cette somme 2.5 milliards de FCFA “n’a rien à voir avec la redevance minière”, a annoncé “d’autres découvertes (minières) en perspective”. Le ministre de l’Industrie et des Mines qui reconnaît « l’importance de la responsabilité sociétale”, a indiqué que “ce n’est pas aux sociétés minières de financer le développement, [mais que c’est] à l’Etat de le faire ». Et le ministre de préciser  encore “quand nous avons négocié l’an dernier avec Sabodala, l’Etat a obtenu 5 milliards de FCFA et le président de la République a demandé qu’une somme de 2 milliards soit investie dans le développement de la région de Kédougou “, a-t-il fait savoir. La région de Kédougou ne devrait-elle pas bénéficier d’au moins de 50% de cette somme, elle qui subit les dégâts et les impacts sur l’environnement, la santé, la sécurité….liés à l’exploitation de l’or, qui a été classé première exportation du Sénégal en 2016 ? La position du Ministre et du gouvernement est : Non. Car pour Aly Ngouille Ndiaye, “Il faut aussi que les gens comprennent que les mines qui sont à Kédougou ne sont pas pour les seules populations de Kédougou, c’est pour tout le pays. Si ces populations pouvaient exploiter les mines, on n’allait pas appeler d’autres personnes pour le faire”, a-t-il dit. Les populations de Kédougou ne peuvent certes pas exploiter les mines, mais elles peuvent exploiter leurs “DIOURA“(sites d’orpaillage traditionnels), et pourtant tout le monde sait que l’Etat ne les laisse pas travailler et pire encore les arnaque voire les tue.  Un point sur lequel on peut être d’accord avec le ministre de l’Industrie et des Mines est que ce « n’est pas aux sociétés minières de développer Kédougou, mais bien l’État » A bon entendeur ?
 
Mardi 21 Mars 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :