Exécution physique et financière des projets : Le Président Macky Sall serre l’étau autour de ses ministres

Le Gouvernement a pris des mesures fortes pour garantir une exécution physique et financière correcte des projets dont le coût global est supérieur ou égal à un milliard. La révélation figure dans une lettre d’intention transmise à la Directrice générale du FMI en marge de l’approbation de la quatrième revue de l’Instrument de soutien à la politique économique (ISPE) suivie de la demande de prolongation du même programme.


Exécution physique et financière des projets : Le Président Macky Sall serre l’étau autour de ses ministres
Libération a pris connaissance de la lettre d’intention envoyée par le Gouvernement à la Directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) en marge de l’approbation de la quatrième revue de l’Instrument de soutien à la politique économique (ISPE) suivie de la demande de prolongation du même programme.
Il ressort de cette missive que le Président Macky Sall a pris des mesures fortes pour garantir l’exécution correcte des projets confiés aux ministères mais aussi pour la bonne marche de l’économie.
À preuve, le Gouvernement entend, à partir de la deuxième année d’exécution d’un projet dont le coût global est supérieur ou égal à un milliard de francs, subordonner l’inscription de crédits de paiement dans la loi de finances, à la production, par le ministère concerné, d’un rapport d’exécution physique et financière portant sur l’année antérieure.
Par ailleurs, en, vue de favoriser l’orientation des dépenses vers la formation brute de capital fixe, le gouvernement s’engage à réviser le décret n°2012-673 du 4 juillet 2012 portant nomenclature budgétaire de l’Etat. Enfin, la banque intégrée de projets sera opéra- tionnelle et un Comité de sélec- tion des investissements publics sera mis en place. Un plan d’actions sera mis en place pour intégrer, dans la plateforme, le cheminement des projets significatifs en termes d’impact sur la croissance.

La Sonacos privatisée en 2018

Il ressort du même document que le plan stratégique du Trésor pose également la question de la gestion du secteur parapublic au sens des sociétés anonymes à participation publique.
Au moment où les ressources publiques sont de plus en plus orientées vers des investissements à forte valeur ajoutée et/ou à forte utilité sociale, il est réaliste de faire des entreprises du secteur parapublic des contributeurs nets au budget de l’Etat, en lieu et place d’entités génératrices de risques budgétaires impactant négativement le budget de l’Etat.
Ainsi, toutes les dispositions seront prises pour opérationnaliser la stratégie de gestion du porte- feuille de l’Etat à travers, notamment, trois actions fortes : recenser les participations de l’Etat à l’étranger ; rendre fonctionnel le comité interministériel de restructuration des entreprises en difficulté ; et mettre en place le dispositif de financement des plans de restructuration des entreprises en difficulté.
Le Gouvernement réaffirme son engagement à prendre toutes les mesures nécessaires pour une privatisation en 2018 de la SONACOS après le départ forcé de Advens.

Vers une restructuration de La Poste

Selon nos informations, le FMI s’est montré vivement préoccupé par la situation de La Poste qui est au bord du chaos financier. Mais il semble que le Gouvernement a décidé de prendre le taureau par les cornes.
En effet, des problèmes de gestion de trésorerie persistent et se sont exacerbés, notamment,
avec l’accumulation des soldes créditeurs des comptes de dépôt et les difficultés financières de la Poste.
La mission d’audit conduite par l’Inspection générale des Finances a permis d’évaluer de façon exhaustive la situation, y compris l’identification des sources de dispersion de la trésorerie courante, et de dégager un plan de résorption du gap. Les recommandations portent notamment sur : la restructuration de la SN La Poste ; la réforme du régime du Fonds National de Re- traite (FNR) ; et l'analyse approfondie des soldes créditeurs des comptes de dépôt et des recettes d’ordre.
En attendant la restructuration de la SN La Poste, le Gouvernement procédera au paramétrage de la compensation des chèques postaux présentés par la clientèle, hors comptes internes de la Poste, au niveau de SICA dans le strict respect des dispositions de la convention liant la société au Trésor. D’après la missive, la restructuration de la Poste sera une priorité des autorités cette année.
Des mesures de restructuration fortes mais bénéfiques à la fois pour l’Etat et pour l’institution de service public, basées sur un diagnostic financier et opérationnel, seront prises et tourneront essentiellement autour de : la signature d’une convention de dettes croisées entre l’Etat et SN La Poste pour apurer les arriérés de compensation ; recapitaliser la société à travers la recherche d’un partenaire stratégique capable d’injecter les ressources requises ; et la séparation de Poste Finance de la Poste.
Mardi 5 Septembre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :