Evaluation de la loi sur le plastique : Le changement espéré toujours pas totalement observé selon le ministre Abdoulaye Baldé


Le ministre de l’environnement et du développement durable a remis aux services publics de contrôle (Ministère en charge du commerce, Douane et Ministère de l’Environnement et du Développement durable) un lot d’une douzaine de  micromètres qui permettront de vérifier le respect du micronnage autorisé par la loi.
C’était lors du lancement officiel du Comité Interministériel de Suivi et d’Evaluation de la loi sur le plastique et de ses textes d’application qui regroupe l’ensemble des acteurs concernés dans la production, l’importation, la commercialisation et la consommation du plastique.
« La prise en charge de cette problématique du plastique, nous a révélé et prouvé à suffisance, la transversalité de nos activités et l’interdépendance qui nous lie avec les autres services publics de l’Etat, le secteur privé, la société civile, tous les acteurs du développement, pour l’accomplissement avec succès de nos missions ».
La loi relative à l’interdiction de la production, de l’importation, de la détention, de la distribution de sachets plastiques de faible micronnage et à la gestion rationnelle des déchets plastiques était entrée en vigueur, le 4 janvier 2016. Pour autant a laissé entendre le ministre lors de la cérémonie de mise en place du comité, « la loi à elle seule ne saurait suffire pour pouvoir juguler tous les méfaits du péril plastique sur l’environnement et la santé des populations et des animaux au Sénégal ».
« Plus d’une année après son entrée en vigueur le changement espéré n’est toujours pas totalement observé », s’est résolu à dire le ministre.
C’est ce qui légitime, a dit le ministre, la mise en place de ce comité « mécanisme innovant et inclusif pour pouvoir faire face à ce fléau ».
Jeudi 10 Août 2017
Dakar actu




Dans la même rubrique :