Eva Marie Coll Seck contre les dépenses somptuaires des femmes


Eva Marie Coll Seck contre les dépenses somptuaires des femmes

Eva Marie Coll Seck, ancienne directrice du programme Roll Back Malaria de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a invité les femmes sénégalaises à mener de pair le combat pour leurs droits et la lutte contre les dépenses somptuaires lors des cérémonies familiales.

"Il est clair qu’il y a eu beaucoup d’avancées pour les femmes dans notre pays même s’il y a encore des terrains à conquérir", a-t-elle dit, non sans regretter que malgré ces avancées, les femmes n’arrivent pas à rompre avec les dépenses, notamment à l’occasion de cérémonies familiales.

Interpellée par l’APS au sujet de la célébration du 8 mars comme Journée internationale de la femme, l’ancienne ministre de la Santé pense que le goût prononcé des femmes pour les grandes dépenses doit être combattu au même titre que certaines pratiques qui ravalent la femme au bas de l’échelle sociale.

De ce point de vue, elle a rappelé que la bataille pour la reconnaissance des droits des femmes ne se mène pas seulement au Sénégal puisque se poursuivant encore dans des pays considérés comme des modèles de démocratie.

"Une enseignante à l’université aux Etats-Unis d’Amérique m’a fait comprendre autour d’une discussion que les femmes dans les universités américaines ont des problèmes identiques à leurs consœurs sénégalaises", a-t-elle dit.

Au Sénégal, l’éducation et surtout l’indépendance économique permettront aux femmes d’aller vers de nouvelles conquêtes pour une plus grande reconnaissance de leurs droits, a ajouté par ailleurs Eva Marie Coll Seck.

Après une longue expérience dans le système onusien, elle a décidé de rentrer au bercail "pour s’investir dans le développement communautaire à la base".
APS

Lundi 12 Mars 2012




1.Posté par Roberts le 12/03/2012 17:26
"Une enseignante à l’université aux Etats-Unis d’Amérique m’a fait comprendre autour d’une discussion que les femmes dans les universités américaines ont des problèmes identiques à leurs consœurs sénégalaises", a-t-elle dit.


Cette est une complexée. Pour elle tout ce qui sort de la bouche d'un non sénégalais est une vérité. Quels sont les problèmes identiques. Si elle n'a pas réagi c'est qu'elle ne connait pas la situation et la condition d'une enseignante universitaire sénégalaise. Il n'y a pas de discrimination, ni de stigmatisation des femmes universitaires au Sénégal. Elles sont respectées et jugées sur leurs compétences



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016