Euro 2016 : LE PAYS DE GALLES HUMILIE LA BELGIQUE ET REJOINT LE POTUGAL EN DEMI-FINALES

C'est un échec retentissant, une énorme désillusion. Ce soir, la Belgique a été éliminée par le Pays de Galles en quarts de finale de l'Euro 2016 à Lille (3-1, mi-temps: 1-1). La première période aura vu chaque équipe inscrire un but pendant ses moments forts (frappe exceptionnelle de Nainggolan à la 13e et tête rageuse de Williams à la 31e). Dans le second acte, Robson-Kanu aura réussi un enchaînement somptueux (55e 2-1) avant que Sam Vokes n'enfonce le contre en fin de match (86e, 3-1).


Euro 2016 : LE PAYS DE GALLES HUMILIE LA BELGIQUE ET REJOINT LE POTUGAL EN DEMI-FINALES
1. C'est la fin du rêve
Oui, comme vous, on y croyait. Le talent, la reconnaissance de la presse mondiale, un Eden Hazard en feu, Lille complètement assiégée par le peuple belge (plus de 150.000 fans dans le Nord), un début de match convaincant, un missile de Radja Nainggolan... C'était trop beau pour être vrai. Le rêve des Diables Rouges se termine en quarts de finale de l'Euro 2016. La Belgique n'a pas été éliminée par un ténor de la compétition. La pilule aurait été plus facile à avaler si l'Allemagne, l'Italie ou la France avait eu la peau des hommes de Marc Wilmots. Non, le bourreau de la Belgique s'appelle finalement le Pays de Galles. Comme un air de déjà vu. C'est un échec retentissant, même si Romelu Lukaku aurait dû concrétiser (au moins) l'une de ses deux occasions et M. Skomina aurait pu siffler un penalty  pour les Diables Rouges (82e, faute sur Radja Nainggolan).

2. Ce maudit Pays de Galles
2 nuls, 1 défaite, 1 victoire. Depuis 2013, le Pays de Galles a trop souvent pris la mauvaise habitude de jouer de vilains tours aux Diables. Pourquoi les changer? N'en déplaise à Marc Wilmots ("Le Pays de Galles n'est pas notre bête noire"), tirer les Gallois reste un cauchemar pour la Belgique. Avec un coeur gros comme ça et une qualité technique pas souvent reconnue à sa juste valeur, Gareth Bale and co ont été grandioses face aux Diables. Et en toute objectivité, leur succès est mérité. Pour la première fois de son histoire, le Pays de Galles se hisse dans le dernier carré de l'Euro. L'histoire est en route pour les Dragons.

3. Les dernières heures de Wilmots
La désillusion est trop grande et les leçons devront être tirées suite à cette énorme désillusion. Le premier à payer l'addition, c'est certainement Marc Wilmots. Très critiqué pour ses choix tactiques (notamment ce soir avec le repositionnement de Radja Nainggolan comme numéro 10), le sélectionneur des Diables Rouges ne devrait pas résister à cette défaite.
Vendredi 1 Juillet 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :