Et si les coupeurs de route qui sévissent dans les zones aurifères de Kédougou, étaient au service des terroristes au Mali ?


Et si les coupeurs de route qui sévissent dans les zones aurifères de Kédougou, étaient au service des terroristes au Mali ?
Nous avions dans un passé récent proposé la tenue d'un conseil interministériel sur l'orpaillage, parce que nous pensions que les problèmes liés à cette activité centenaire et qui s'est développée au fil des années, est plus complexe qu'on ne le pense.
D'ailleurs, le préfet de Saraya l'a si bien compris, qu'il va tenir ce jeudi « les assises départementales de l'orpaillage ». Espérons seulement que les conclusions de ces assises seront transmises á qui de droit et qu'elles serviront jusqu'au plus haut sommet de l'Etat.

Mais revenons sur la nécessité  voire l'urgence de tenir un conseil interministériel sur l'orpaillage, qui sera présidé par le premier ministre avec á ses côtés les ministres de l'économie, du budget, de la santé, des mines, de l'intérieur et de la sécurité public, de l'éducation, mais aussi et surtout de l'armée et en présence du chef d'état major de l'armée et du haut commandant de la gendarmerie.
Certains se sont cependant interrogé sur la raison de la participation du ministre des forces armées à ce conseil.
En effet, les communes aurifères que sont Sabodala, Khossanto et Missirah Sirmanan sont situées toutes à l’extrême Est du Sénégal et partagent toutes plus de 100 km de frontière avec le Mali. Depuis les populations et principalement les orpailleurs de cette zone sont victimes de braqueurs et autres coupeurs de routes. Des attaques toujours bien planifiées et qui réussissent à tous les coups. Depuis quatre années, les populations impuissantes, ne savent plus à quels saints se vouer.
Des gendarmes pourtant nombreux dans la zone « n’ont jamais réussi à en attraper, ils viennent, ils regardent à gauche à droite et repartent », se désole un notable de Khossanto.  D’ailleurs, certaines sont allées jusqu’à penser  que « les coupeurs de route sont de connivence avec les gendarmes, tellement ils sont inefficaces ».
Mais la réalité est tout autre. La guerre du Mali est un conflit armé qui a lieu depuis un plus de…. 04 ans, à la suite d'une insurrection de groupes salafistes djihadistes et indépendantistes pro-Azawad. La coïncidence est troublante.  
En plus que les victimes rencontrées sur place ont toutes donné les mêmes descriptions de leurs braqueurs. Ils s’agiraient selon eux, d’individus toujours masqués et parlant une langue apparenté au puular. Ne s’agit-il pas  très probablement de la langue Touareg très proche en sonorité du Puular ? Si tel est le cas, ce qui se passe sur les routes Khossanto/Sabodala/Missirah Sirimana, menace la stabilité et du Sénégal et du Mali. C’est une question de sécurité nationale et sous régionale. Une chose est sûre, à défaut d’un conseil interministériel sur la question, il faut plus de gendarmes dans la zones et une présence permanente de militaires dans le secteur...

 
Mardi 28 Février 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :