Et la lumière s’obscurcit sur Petro Tim ! (par PAR ABDOULAYE THIAM)


Et la lumière s’obscurcit sur Petro Tim ! (par PAR ABDOULAYE THIAM)
L’affaire Petro Tim s’enflamme. Pourtant ni le pétrole encore moins le gaz n’ont jailli des huit puits forés à coups de milliards, selon les différentes explications servies çà et là. Mais le débat s’emballe et pollue l’atmosphère entre le pouvoir et certains membres de l’opposition et de la société civile. Il fait les choux gras des médias, installant une confusion totale au niveau de l’opinion publique sénégalaise. 

Aux charges et autres interrogations de l’ancien Premier ministre, Abdoul Mbaye, aux accusations du désormais ex-inspecteur des Impôts et domaines, leader du parti Pastef/Les Patriotes, Ousmane Sonko, aux insinuations et accusations du membre du Forum Civil, Birahim Seck, les tenants du pouvoir ont su apporter des réponses. 

D’abord, c’est Aliou Sall qui, à notre avis, avait fini de faire la genèse de cette affaire de Pétro Tim et de lever toute équivoque quant à son implication. 

Face à la persistance des accusations de certains membres de l’opposition, notamment Abdoul Mbaye et Ousmane Sonko qui sont encore une fois dans leur rôle, les ministres de l’Energie et de l’Economie des Finances et du Plan, respectivement Thierno Alassane Sall et Amadou Bâ, montent au créneau pour apporter des éclairages avec des documents à l’appui. Sans oublier le Président du conseil d’administration de la Société africaine de raffinage (SAR), Sérigne Mboup, qui, dans une interview exclusive accordée à Sud Quotidien,  a à son tour «exploré» le pétrole et le gaz en revenant sur les différentes transactions, de Petro Tim à Kosmos Energy, en passant par Timis Corporation. Arguments techniques et juridiques à l’appui, M. Mboup avait expliqué pourquoi, à l’état actuel des choses, il n’est pas exact de parler d’évasion fiscale. «Le code pétrolier dispose que pendant la phase exploration-production, toutes les opérations et transactions sont totalement défiscalisées. Elles bénéficient du régime hors taxe, hors douane», avait soutenu le PCA de la SAR. Ce qu’ont confirmé les services de Amadou Bâ dans un communiqué envoyé dans les Rédactions. 

Mais Ousmane Sonko et Abdoul Mbaye ne lâchent pour autant pas le morceau. Pis, l’ex-Pm a enfoncé le clou, en soutenant que «le Sénégal n’a pas seulement perdu en impôts et en droits de préemption qui auraient pu être cédés, dans les cessions de parts entre Petro Tim et Timis Corporation, mais l’Etat a fait une largesse d’au moins 120 millions de dollars, soit 60 milliards de Francs Cfa au Groupe Petro Tim».

C’est cette nouvelle attaque qui a fait sortir Mahammad Boun Abdallah Dionne de sa réserve, avec cette conférence de presse qu’il aura fini par convoquer. On s’attendait alors à ce que la lumière jaillisse, à ce que les équivoques soient levées. 

Surtout à ce que le Premier ministre apporte des réponses aux accusations dans une séance interactive avec les journalistes. Que nenni ! Ces derniers ont plutôt eu droit à un monologue en français et en wolof, avant d’être appelés à évacuer les lieux, sans avoir la possibilité de poser la moindre question. 

Et dire que Mahammad Boun Abdallah Dionne avait là, une belle opportunité d’éclairer la lanterne des Sénégalais et de clore définitivement le débat sur la supposée nébuleuse ou autres zones d’ombre qui entoureraient cette affaire Petro Tim. 

Hélas, sa sortie n’a été que du réchauffé, une redite, une répétition, du déjà entendu notamment par les différents responsables susmentionnés. La seule nouveauté, ce sont les menaces. Une politique de la tolérance zéro que les tenants du régime ont brandie contre les «affabulateurs, les manipulateurs». Désormais, ce sera du «mouth mba moot». Ainsi va le Sénégal ! 


ABDOULAYE THIAM
(Journaliste à Sud Quotidien)
 
Mercredi 21 Septembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :