Escroquerie à jugement : Ibou Touré et son ex-épouse soldent leurs comptes à la barre


Escroquerie à jugement : Ibou Touré et son ex-épouse soldent leurs comptes à la barre
Après une procédure de divorce devant le juge civil, le footballeur Ibrahima Touré dit Ibou Touré et son ex-épouse Bana Valfroy ont prolongé leur différend devant le juge pénal. L’international sénégalais basé à Dubaï a attrait à la barre du tribunal correctionnel de Dakar sa dame pour escroquerie à jugement. Il accuse celle-ci de s’être fait établir à son insu un jugement de mariage avec pour option monogamie communauté des biens.
Selon les explications de  Me Abdourahmane So, avocat du plaignant, son client ne l’a découvert qu’au moment du divorce. Des accusations que l’ex-Mme Touré a réfutées hier. L’infirmière de nationalité française a révélé s’être mariée avec le joueur de Al Nasr le 7 juin 2012 à Kébémer. Un mariage religieux transcrit le 18 juin 2014 à l'Ambassade de France. « Au début je ne voulais pas qu'on aille à la mairie mais comme il avait besoin de papier pour sa carrière, j’ai accepté. Il était bien présent ainsi que ses parents », a déclaré la prévenue avec insistance. Mais Me So dit Lénine a soutenu que son client se trouvait à Dubaï et n’a jamais assisté à ce mariage civil. « Elle a agi comme si Ibou Touré était présent et a choisi l'option monogamie avec communauté des biens. C’est la raison pour laquelle il estime qu’il y a escroquerie à jugement. L’avocat a demandé que Bana soit également déclarée coupable de tentative d’escroquerie à jugement au cas où le Tribunal de grande instance serait incompétent. Pour la réparation, il a réclamé des dommages et intérêts de 100 millions de F CFA.
 
Conseil de la défense, Me El Hadj Diouf a réclamé le même montant pour sa cliente car il considère que la citation est abusive. « De toute ma carrière, je n’ai jamais vu un dossier aussi bizarre et sans fondement. C'est le voleur qui crie au voleur », a fulminé Me Diouf convaincu que le joueur a initié cette procédure juste pour ne pas partager la moitié de ses biens avec son ex. « Après avoir été condamné à payer une pension mensuelle de 1,5 million, il a envoyé une photo sur laquelle il a aligné sur sa poitrine des liasses de 500 000 F CFA en lui disant qu’il ne lui paiera rien », a martelé la robe noire. Avant d’ajouter : « C’est archi faux de dire qu’il n’était pas présent lors de la transcription car ce n'est pas un jugement de défaut puisque ledit document n'a jamais été attaqué par une procédure d'inscription de faux. » Selon les dires de Me Diouf, Ibou Touré est ‘devenu fou à l'idée de voir Mme partir avec la moitié de ses biens après sa condamnation à des dommages et intérêts de 15 millions ». Jugeant la demande du footballeur « fantaisiste », Me El Hadji Diouf a demandé qu’elle soit rejetée par le tribunal. Délibéré le 11 mai prochain.
EnQuête
Vendredi 28 Avril 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :