Erdogan : il faut résoudre la crise du Golfe "avant la fin du ramadan"


Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé samedi le Qatar et ses voisins à mettre un terme avant la fin du mois de ramadan à la grave crise diplomatique qui secoue le Golfe.
Lors d'un entretien avec le chef de la diplomatie du Bahreïn, M. Erdogan "a souligné qu'il fallait résoudre ce problème (...) avant la fin du mois de ramadan", a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu.
Le mois de ramadan, sacré pour les musulmans qui sont appelés à jeûner toute la journée, se terminera autour du 25 juin avec la célébration de l'Aïd el-Fitr.
MM. Erdogan et Cavusoglu, dont le pays soutient le Qatar, se sont entretenus pendant une heure et demie samedi à Istanbul avec Cheikh Khaled ben Ahmed al-Khalifa, le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn, allié de l'Arabie saoudite.
Le Golfe est plongé depuis lundi dans une grave crise diplomatique qui a éclaté lorsque l'Arabie saoudite, les Emirats et Bahreïn, pays voisins du Qatar, mais aussi l'Egypte et le Yémen, ont rompu leurs relations diplomatiques avec Doha, qu'ils accusent de "soutenir le terrorisme".
Les trois pays du Golfe ont également fermé leurs frontières terrestres et maritimes avec le petit émirat et lui ont imposé de sévères restrictions aériennes.
"La Turquie va poursuivre son action constructive visant à résoudre ce problème. Nous considérons la stabilité et la sécurité du Golfe de la même façon que notre propre stabilité et sécurité", a déclaré M. Cavusoglu.
La Turquie entretient des relations privilégiées avec le Qatar, mais cherche aussi à développer ses liens avec la puissante monarchie saoudienne.
Sans critiquer Ryad, Ankara s'est affiché comme le principal soutien de Doha depuis le début de la crise : le Parlement turc a ainsi approuvé cette semaine le déploiement de troupes turques sur une base dans le petit Etat gazier.
"Cet accord ne prend pour cible aucun pays du Golfe", a toutefois souligné M. Cavusoglu samedi. L'objectif de cette base "est de participer à la sécurité et à la stabilité du Golfe dans son ensemble", a-t-il ajouté.
M. Erdogan s'est entretenu avec plusieurs dirigeants de la région cette semaine et s'est dit prêt à "assumer toutes ses responsabilités" pour réconcilier Ryad et Doha.
Dimanche 11 Juin 2017
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :