Entretien avec Queen Biz « Notre musique ne dépasse même pas nos frontières »


Entretien avec Queen Biz   « Notre musique ne dépasse même pas nos frontières »
Mame Coumba Diallo, alias « Queen Biz », a fini d’apporter une nouvelle touche à la musique sénégalaise. Avec un style particulier, elle s’est imposée dans l'arène musicale où elle a conquis son public. A l’occasion de la fête de la musique, Queen s’est ouverte à Dakaractu.
 
Dakaractu : Comment en êtes-vous arrivée à la musique ?
 
Queen Biz : Depuis mon enfance, je suis passionnée de musique, et ma grand-mère, qui avait une belle voix, me chantonnait quelques mélodies. Elle m’a inculqué cet amour pour la musique.
 
Comment trouvez-vous la musique sénégalaise actuelle ?
Je trouve qu’il y a beaucoup d’avancement, les artistes innovent et on sent des efforts considérables en ce sens...
 
Et l’aspect financier de l’industrie musicale ?
Alors là ! La musique ne nourrit pas son homme. Et puis les artistes d’ailleurs sont bien mieux payés ailleurs qu’ici au Sénégal. On pourrait avoir bien mieux, mais bon, « sante Yala! »
 
Quelles sont les difficultés concrètes recensées?
Pour ma part, je trouve regrettable que les musiciens sénégalais ne soient pas bien connus sur le plan international, que nous ne participons pas aux grands festivals mondiaux et que notre musique ne dépasse même pas nos frontières. Nous devrions être au même niveau que les musiciens nigérians par exemple, qui se produisent et se vendent très bien sur le plan international. C’est la difficulté majeure que je décèle dans la musique sénégalaise.
 
Est-ce-que vous sentez l’aide de l’Etat ?
Pour ma part non, je n’ai jamais reçu d'aide de la part de l’Etat ; je ne me suis même jamais rapprochée d’eux. En tout cas l’Etat doit bien aider les artistes, on en voit chaque jour qui demandent des soutiens pour se soigner et autres ; c’est déplorable.
 
Entre artistes est-ce-que vous entretenez de bonnes relations ?
Je n’ai de problèmes avec personne. Et après le malaise que j’ai eu à Fatick, beaucoup de musiciens m’ont appelée pour prendre de mes nouvelles.
 
 
Dimanche 22 Juin 2014




1.Posté par wax le 22/06/2014 17:06
c'est ta musique qui ne dépasse pas nos frontières... et n'a aucune chance de sortir du Sénégal

2.Posté par musikman le 23/06/2014 18:18
Notre MBalax nationale est pauvre musicalement et trop cacophonique. 5 batteurs, tam-tam, batterie, 2 clavistes, 2 ou 3 guitares, des danseurs partout....à qui va t on vendre cette usine à boucan ?? faut le rendre achetable.



Dans la même rubrique :